Dans son dernier numéro, Nature Neuroscience publie un article concernant les travaux que les chercheurs des Lilly Research Laboratories, filiale de l'entreprise Eli Lilly, mènent en collaboration avec des équipes de l'Université Washington de St.Louis (Missouri) et de l'Université Louis Pasteur de Strasbourg.
Cela vous intéressera aussi

Ces travaux consistent à injecter l'anticorps m266 à des souris génétiquement modifiées pour développer un syndromesyndrome similaire à la maladie d'Alzheimermaladie d'Alzheimer chez l'être humain. Cet anticorpsanticorps vient alors se fixer sur le peptidepeptide bêta amyloïde, responsable de la formation des plaques qui s'accumulent et bloquent la circulation sanguine dans le cerveaucerveau, afin de l'évacuer.

Il semble que l'anticorps m266 parvienne à se fixer sur ce peptide bien avant le début de la formation des plaques. Des tests de mémorisation réalisés sur des souris ayant reçu préalablement des injections de cet anticorps ont permis d'observer une amélioration au niveau des performances. Toutefois, les chercheurs soulignent qu'il faudra encore beaucoup de temps avant que cette solution puisse faire l'objet d'éventuels essais cliniquesessais cliniques sur des êtres humains.