Santé

La nocivité des cigarettes mentholées est à nouveau confirmée

ActualitéClassé sous :hygiène de vie , cancer , tabac

Une nouvelle étude démontre la nocivité des cigarettes mentholées. Cet additif très répandu désensibilise « les récepteurs dans les poumons et les voies respiratoires » si bien que la fumée est inhalée plus en profondeur et le menthol pénètre davantage les tissus pulmonaires. Sa toxicité pourrait être responsable d'un nombre de cancers plus important qu'avec la cigarette traditionnelle.

Même si elle semble moins nocive, la cigarette au menthol est plus toxique selon cette nouvelle étude. © milan2099, Shutterstock.com

Selon une nouvelle étude américaine, l'arôme au menthol présent dans ces cigarettes joue un rôle sur les récepteurs responsables de l'irritation causée par la cigarette. Il aggrave donc les risques sur la santé. Le menthol est un additif présent dans la plupart des cigarettes, surtout dans celles qui mentionnent sa présence, et qui leur donnent un arôme de menthe qui peut être utilisé pour masquer le gout et l'âpreté de la fumée de tabac. De nombreuses recherches scientifiques ont déjà montré la nocivité de ce composé actif qui agit sur les terminaisons nerveuses périphériques.

Cette nouvelle étude menée par des chercheurs du centre médical de l'université de Georgetown (États-Unis) met en lumière l'effet spécifique que provoquerait le menthol des cigarettes sur les récepteurs nicotiniques de l'acétylcholine. Ces derniers, en plus de leur rôle primordial dans la transmission neuromusculaire, sont également impliqués dans de nombreuses fonctions du système nerveux central contrôlant, entre autres la mémoire, l'attention ou le sommeil.

Le menthol désensibilise les récepteurs dans les poumons et les voies respiratoires et pénètre encore plus les tissus pulmonaires. Son interdiction a été votée par le Parlement européen pour 2022. © Tomasz Sienicki, Wikipédia, CC by-sa 3.0

Le menthol additif pénètre plus profondément les tissus pulmonaires

Lorsque l'on fume, la nicotine pénètre dans les voies respiratoires et les poumons. A ce même moment, les récepteurs s'activent, ce qui se traduit par une irritation. Or, le menthol additif est « un analgésique potentiel et/ou un contre-irritant des nerfs sensoriels », expliquent les chercheurs qui ont livré leurs conclusions dans la revue Molecular Pharmacology. Il désensibilise donc les récepteurs nicotiniques de l'acétylcholine.

« En plus de désensibiliser les récepteurs dans les poumons et les voies respiratoires, le menthol semble ralentir, ou empêcher, la récupération de la sensibilité après une première atteinte, qui met probablement les récepteurs dans un état d'insensibilité » analyse le Dr Gérard Ahern, l'un des principaux auteurs de cette étude. D'où les risques pour la santé des fumeurs, concluent les chercheurs qui, se sentant moins irrités, inhalent la fumée plus en profondeur. 

S'il reste impossible de déterminer le rôle possible de la cigarette mentholée dans l'influence de la dépendance à la nicotine, observent les scientifiques, le menthol pénètre encore plus les tissus pulmonaires. Sa toxicité pourrait, selon d'autres études déjà parues sur le sujet, être responsable d'un nombre de cancers plus important qu'avec la cigarette traditionnelle.

En 2013, le Parlement européen a voté l'interdiction des cigarettes au menthol pour 2022. L'Agence fédéraleaméricainedes aliments et des drogues (FDA) envisage par ailleurs de l'interdire pour protéger les jeunes de ses méfaits. D'après cette institution, 6 % des fumeurs de cigarettes au menthol ont aujourd'hui entre 12 et 17 ans aux États-Unis.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi

Interview : les dangers de la cigarette électronique, par Paul Hofman  Moins chère et peut-être moins toxique que le tabac, la cigarette électronique connait depuis quelques années un franc succès. Futura-Sciences est parti à la rencontre de Paul Hofman, directeur du laboratoire de pathologie de Nice et chercheur pionnier dans la détection du cancer du poumon, pour en savoir plus sur les risques de la cigarette électronique.