Pour de nombreuses personnes, la musique est source de plaisir. Mais pas pour toutes. Et des chercheurs pensent enfin avoir compris pourquoi. © kegfire, Fotolia

Santé

Notre cerveau détermine à quel point nous aimons la musique

ActualitéClassé sous :cerveau , musique , aimer la musique

Que nous aimions ou non la musique se joue dans la structure de notre cerveau. Au niveau de la substance blanche, pour être plus précis, ce tissu à travers lequel les différentes zones de notre système nerveux central communiquent.

La substance blanche, c'est un tissu constitutif de la partie interne de notre cerveau. Composée de fibres nerveuses, elle relie les différentes aires de la substance grise. Des chercheurs de l'université de Barcelone (Espagne) nous apprennent aujourd'hui que la façon dont cette substance blanche est structurée influence notre sensibilité à la musique.

Car oui, si nous sommes nombreux à apprécier écouter de la musique, certains ne l’aiment pas du tout. Les spécialistes disent que ceux-là souffrent d'anhédonie musicale. Pourtant, les chercheurs de l'université de Barcelone confirment désormais que cette étonnante pathologie n'est pas liée à une déficience du système de récompense.

Comprendre pourquoi il existe une anhédonie pour la musique pourrait aider les chercheurs à comprendre pourquoi il n’en existe pas pour d’autres stimuli tels que le jeu ou la nourriture. © tugolukov, Fotolia

Perception et récompense doivent fonctionner de concert

Les volontaires qui ont pris part à leur étude, en effet, ont bien activé, dans leur cerveau, ce circuit de la récompense lorsqu'il s'agissait de participer à un jeu offrant des gains d'argent. Ils ont pu le vérifier sur des images réalisées par résonance magnétique fonctionnelle.

Ces mêmes images ont permis aux chercheurs de noter une relation entre les structures de la substance blanche reliant le cortex musical et l'activité dans le système de récompense. « Notre étude montre que la sensibilité musicale est liée aux structures de la substance blanche qui relient, d'une part, le cortex auditif supratemporal au cortex orbitofrontal, et d'autre part, le cortex orbitofrontal au striatum ventral -- une structure impliquée dans le circuit de la récompense », précise Josep Marc-Pallares, chercheur à l'université de Bacelone.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi

Une bulle de savon qui danse sur la musique  Pas besoin de pinceaux pour peindre avec de la musique, c’est possible avec du savon ! Des chercheurs des laboratoires Matière et systèmes complexes et du Laboratoire interdisciplinaire de physique ont présenté un dispositif pour observer l’effet du son sur les films de savon : plusieurs phénomènes physiques y dessinent des motifs spectaculaires et fascinants.