Planète

Exclusif : découvrez le lien entre des crapauds et des bactéries avec Arte

VidéoClassé sous :Reconnexion , Déplacement de population , Biodiversité

Quel est le lien entre le crapaud d'Australie et des bactéries ? C'est la question que se pose Arte dans ce nouvel épisode de Reconnexion. Afin d'y répondre, ils interviewent Vincent Calvez, un mathématicien spécialisé dans les problèmes liés à la biologique, qui a des méthodes de travail pour le moins... étonnantes ! 

Abonnez-vous à la lettre d'information Vidéos : nos vidéos qui sortent vraiment du lot. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

À première vue, les similitudes entre des crapauds buffles australiens et une population de bactéries ne sautent pas aux yeux. Mais en prenant du recul, et surtout en discutant de cette problématique avec un mathématicien, on s'aperçoit qu'il existe une (re)connexion. Elle se trouve dans leurs déplacements. En effet, l'équation mathématique des déplacements d'un ensemble de bactéries ressemble fortement à celle des envahissants crapauds buffles.

Crapaud buffle : une progression de 60 kilomètres par an

Le crapaud buffle, ou Rhinella marina, a été introduit en Australie en 1935 pour lutter contre des coléoptères ravageurs des cannes à sucre. S'il n'est pas certain que les crapauds aient accompli leur mission, il est avéré qu'ils sont devenus une espèce invasive et nuisible aux yeux des Australiens. Au début, environ 60.000 individus ont été amenés dans ce pays. Aujourd'hui, on en dénombre plus de 200 millions ! Partis de l'est, ils se dirigent vers l'ouest, et on s'attend à les voir arriver dans de grandes villes comme Melbourne, puisqu'ils s'adaptent à la vie urbaine. 

Cette espèce peut être un véritable problème pour l'écosystème, notamment en raison de ses défenses toxiquesRhinella marina est capable de sécréter de la bufotoxine grâce à ses glandes parotoïdes, situées derrière ses yeux. Cette substance est toxique pour de nombreux animaux. L'œuf et le têtard sont également très toxiques en cas d'ingestion.

Bactéries : imprédictibles seules, prévisibles en groupe

Les bactéries sont des procaryotes unicellulaires, et plus rarement pluricellulaires, qui vivent en communautés complexes. On retrouve des bactéries dans chacun des biotopes de la planète. Mais, malgré leur omniprésence, ces organismes d'une taille maximale de 2 μm n'ont pas encore révélé tous leurs secrets. 

La façon dont ils se déplacent reste notamment peu comprise. Vincent Calvez, mathématicien spécialisé dans les questions de biologie, a réussi à mettre en équation les déplacements d'un groupe de bactéries. De façon surprenante pour les néophytes, ces procaryotes se comportent de manière similaire à un gaz. Prochaine étape : comprendre les mouvements d'une seule bactérie au sein de sa population ?