Les peupliers jouent un rôle important en matière de phytoremédiation. © Pèer Igor, Wikipedia, CC by-sa 3.0

Planète

Phytoremédiation : comment les plantes dépolluent-elles les sols ?

Question/RéponseClassé sous :Pollution , phytoremédiation , tournesol

Certaines plantes sont capables de participer à la dépollution des sols contaminés sur lesquelles elles poussent. C'est la phytoremédiation. Pour y parvenir, elles mettent en œuvre des stratégies différentes.

En France, plusieurs centaines de milliers de zones industrielles laissées en friche présentent des sols pollués. Pour en extraire des substances toxiques, on a recours notamment à des solutions mécaniques ou physico-chimiques. Elles sont relativement efficaces et rapides. En revanche, elles font baisser la fertilité et la productivité des sols traités.

On peut également employer une méthode plus écologique qui consiste à tenter d'éliminer les polluants grâce à des organismes vivants. Et lorsque l'on exploite les propriétés de certaines plantes, on parle de phytoremédiation. Le processus est bien entendu naturel. Son coût est plus que raisonnable et il est adapté aux grandes surfaces. Cependant, les temps de traitement sont longs et la décontamination peut rester superficielle.

La moutarde piège remarquablement bien les nitrates contenus dans les sols. © jtronocbc, Pixabay, CC0 Creative Commons

Phytoremédiation : plusieurs modes d’action

En fonction des situations, c'est une plante particulière plutôt qu'une autre à laquelle il faudra faire appel.

Ainsi certaines plantes agissent par phytoextraction. Leurs racines extraient les polluants des sols. Des polluants qui sont ensuite stockés dans les tiges et les feuilles. C'est le cas de la culture du tournesol qui peut ainsi absorber des métaux, mais aussi des radioéléments.

D'autres plantes agissent également par le biais de leurs racines. Celles-ci séquestrant alors les polluants (arsenic, radioéléments, etc.) dans le sol, préservant la chaîne alimentaire et les nappes phréatiques. Cette méthode de phytostabilisation peut être mise en œuvre à l'aide de peupliers par exemple.

Le saule pleureur, quant à lui, a tendance à accélérer la dégradation des composés organiques (hydrocarbures, pesticides, etc.) grâce à des enzymes spécifiques ou à des micro-organismes vivants dans l'environnement de ses racines. C'est la phytodégradation.

Dans le cas de la phytovolatilisation enfin, les polluants, devenus moins nocifs après un passage par les racines et les feuilles, sont libérés dans l'atmosphère par la plante. C'est ainsi que le tabac peut traiter certains pesticides ou métaux.

Abonnez-vous à la lettre d'information La question de la semaine : notre réponse à une question que vous vous posez, forcément.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi

Interview 3/5 : d'où vient la pollution des sols ?  La pollution des sols est souvent due à d’anciennes industries ayant rejeté des polluants sur leur terrain d'exploitation ou à l’utilisation agricole d’engrais et de pesticides. Philippe Hubert, directeur des risques chroniques de l’Ineris, nous parle des solutions pour traiter un sol pollué.