Dans la lutte pour la dépollution, la mode est à la bioremédiation ! Des chercheurs portoricains ont réussi à modifier génétiquement des bactéries pour éliminer le mercure de sites pollués. Une technique efficace et peu coûteuse pour éliminer ce métal extrêmement toxique.
Cela vous intéressera aussi

Après les algues dépolluantes de Fukushima, voici les bactériesbactéries antimercure ! Le principe est le même dans les deux cas : utiliser la capacité de fixation et d'accumulation du vivant pour extraire un polluant d'un milieu contaminé. Encore faut-il que les bactéries utilisées, de la souche Escherichia coli, survivent à la contaminationcontamination.

Pour obtenir des troupes de choc efficaces et résistantes, les chercheurs de l'Inter American University de Porto Rico ont introduit deux gènesgènes de souris dans l'ADNADN de ces micro-organismesmicro-organismes. Chez le rongeurrongeur, ces gènes codent pour deux enzymesenzymes, la polyphosphate kinasekinase et la métallothionéine, qui permettent une détoxification de l'organisme.

La métallothionéine est la plus efficace : la souche transgéniquetransgénique supporte des concentrations en mercuremercure vingt-quatre fois supérieures à la dose mortelle pour celles non modifiées. Ainsi protégées, les bactéries ont pu capturer en cinq jours 80 % du mercure d'une eau polluée. La technique paraît efficace, plus économique que les coûteux traitements utilisés jusqu'alors. Elle serait aussi sans danger car les micro-organismes sont confinés dans un réacteur où passe l'eau à nettoyer. Et selon Oscar Ruiz, coauteur de l'étude, il serait même possible de réutiliser le mercure récupéré pour un usage industriel !

RecyclageRecyclage et dépollutiondépollution, c'est le doubletdoublet gagnant de la bioremédiation dans la lutte contre ce toxique très dangereux, dont 6.000 tonnes sont rejetées chaque année dans la nature.