Les brochs (plus de 500 recensés en Écosse) sont des constructionsconstructions préhistoriques (parfois mégalithiques) imposantes : des tours rondes à double paroi de pierres sèches datées de 600 av. J.-C. à 500 ap. J.-C. (âge du ferfer) et présentes en majeure partie dans le nord et l'ouest de l'Écosse.

Broch dans les Shetland, en Écosse. © Graham-H, Pixabay, DP

Broch dans les Shetland, en Écosse. © Graham-H, Pixabay, DP

Ces constructions, souvent entourées d'un « village » attenant semi-enterré (des maisons rondes), sont attribuées aux précurseurs des Pictes (ou aux Pictes d'avant la lettre !) ; elles sont situées à des endroits stratégiques.

D'impressionnantes constructions préhistoriques

Elles servaient d'habitation, mais aussi de lieu de refuge pour le bétail et les Hommes. Occupées ensuite par les Pictes, elles ont été réutilisées par les Vikings, et même, encore bien après, par les locaux.

Les deux parois sont maintenues par de grandes pierres horizontales traversantes et, entre les deux parois, se trouve un escalierescalier permettant d'atteindre les différents niveaux et même un « chemin de ronde » tout en haut. L'escalier semble être le point faible de la structure car la plupart des brochs qui se sont effondrés ont eu un collapse au niveau de l'escalier.

Le broch le mieux conservé d’Écosse, avec ses 13 mètres de haut (descente depuis le sommet). © Claire König, DR

Le broch le mieux conservé d’Écosse, avec ses 13 mètres de haut (descente depuis le sommet). © Claire König, DR

À côté de l'entrée, se trouve souvent une toute petite « chambre de garde ». Et, dans la « pièce principale », un foyerfoyer, rectangulaire en général, et, parfois, un local souterrain qui est peut-être un puits. Certains archéologues pensent qu'il devait y avoir des spécialistes : des broch builders, sortes d'architectes qui se déplaçaient au gré des besoins de chaque communauté...

Ces structures sont restées presque intactes jusqu'au XVIIIe siècle, puis elles ont souvent été utilisées comme carrières pour les constructions voisines ! Deux des tours circulaires pictes les mieux conservées d'Écosse se trouvent près de la route de Glenelg.

Le broch le plus accessible, presqu’en ville, et très restauré. © Claire König, DR

Le broch le plus accessible, presqu’en ville, et très restauré. © Claire König, DR

L'âge du fer

À partir de 700 av. J.-C., jusqu'aux Romains, l'âge du fer a été une période de construction de fortifications (brochs), de fermes fortifiées et de maisons rondes semi-enterrées avec souterrains. Ceci confirme l'image rapportée par les Romains, de tribus querelleuses et de royaumes sans importance. Certains contenants utilisés étaient encore en os de baleine ou en stéatite et le bronzebronze, qui persista longtemps, venait de l'île de Grande-Bretagne : il n'y a pas eu d'industrie du bronze sur place, dans les petites îles du nord.

La culture celte brittonique s'est étendue dans le sud de l'Écosse après le VIIIe siècle av. J.-C., probablement par contact entre les cultures, plutôt que par invasion massive. C'est également à cette époque que le système des royaumes s'est développé.

Un grand nombre de petits duns, de forts ou de remparts étaient construits sur les crags (collines) qui pouvaient les accueillir. Dun est un toponyme courant dans les langues celtiques ; il signifie « forteresse » et, secondairement, « colline ». Il se trouve sous la forme dunon en gaulois, ou plutôt dūno-, latinisé en dunum, dun en gaélique et din en gallois et en breton (dans Dinan). On le rencontre fréquemment dans les textes relatifs à la mythologie celtique, notamment pour désigner la résidence de dieux ou de héros.

Broch de Dun Telve. © Oliver Dixon,Wikimedia Commons, CC by-sa 2.0

Broch de Dun Telve. © Oliver Dixon, Wikimedia Commons, CC by-sa 2.0

On le trouve par exemple en Irlande (Dun Aengus), mais aussi en France, dans le nom de nombreuses villes : Autun, Audun-le-Roman, Châteaudun, Don (Nord), Dun-les-Places, Issoudun, Liverdun, Loudun, Lugdunum (Lyon), Vindunum (Le Mans), Verdun, Meudon, etc.

Il est maintenant utilisé comme terme général pour désigner de petits bastions, des enclaves ou rotondesrotondes de pierre en Écosse, comme sous-groupe des oppidums. À certains endroits, ils semblent avoir été bâtis sur des crags ou des buttes propices, en particulier au sud du Firth of Clyde et du Firth of Forth.

Dans l'espace géographique des Celtes de la protohistoire-Antiquité, il existe différents types de fortifications ou d'habitats fortifiés : Broch, Castellum, Castro, Crannog, Dun, Hillfort, Oppidum, Ringfort.