Planète

Le château de Joux

Dossier - Tourisme dans le Doubs, des forts Vauban aux salines
DossierClassé sous :géographie , doubs , vauban

-

Le tourisme dans le Doubs est une bonne idée de vacances. Ce département regorge de richesses : la citadelle Vauban et autres forteresses, la saline royale d'Arc-en-Senans, lacs et rivières pour l'activité nautique...

  
DossiersTourisme dans le Doubs, des forts Vauban aux salines
 

L'importance du site fait que la géographie commande l'Histoire. L'existence du château est mentionnée en 1034 : Conrad II, empereur germanique et roi de Bourgogne l'assiège mais il tombera aux mains des Lombards. Le nom de Joux désignait des forêts de sapins : Jura est la traduction latine de Joux.

Château de Joux. © Adrian Michael, Wikimedia, GFDL

La grande épopée du château de Joux

Les premiers seigneurs de Joux vécurent avant l'an 1000 et offrirent à l'abbaye de Baume-les-Messieurs l'église Saint-Étienne de Pontarlier. On sait qu'Amauri III de Joux se croisa vers 1170 et que la maison de Joux s'éteignit en 1326, Jacquette épousant Jean de Blonay. Leur fille Jeanne épousa Vauthier de Vienne qui mourut sans héritier en 1390 et elle vendit la seigneurie en 1410 à Guillaume de Vienne, seigneur de Sainte-Croix. Pour en finir, l'acquisition de Joux par Philippe le Bon en 1454 marqua la fin de la dynastie. Philippe fut propriétaire jusqu'à sa mort (1467). Son fils Charles le Téméraire lui succéda. Sa fille, Marie, comtesse de Bourgogne, devint ensuite dame de Joux et épousa Maximilien d'Autriche.

Fort de Joux. © Calips, licence Creative Commons Paternité – Partage des conditions initiales à l’identique 1.0 générique

Charles d'Amboise prit le château sous Louis XI qui rendit la seigneurie au comte de Neuchâtel, fils de Rodolphe de Hochberg et de Marguerite de Vienne. Le 6 octobre 1504, Jeanne, fille de Philippe de Hochberg, épousa Louis d'Orléans. Puis Maximilien obtint la remise de Joux en 1507.

Dès lors, le château et la seigneurie relevèrent du domaine comtal et donc de la couronne d'Espagne : il appartint donc à Charles-Quint (1530 à 1556) et à Philippe II d'Espagne puis Philippe IV, maître de Joux dès 1633 mais Bernard de Saxe-Weimar le prit en 1639 lors de la guerre de Dix Ans. Mazarin en offrit le gouvernement à Henri II d'Orléans, mais la paix des Pyrénées (1659) rendit le château à Philippe IV d'Espagne. Louis XIV envahit la province en 1668, mais le traité d'Aix-la-Chapelle (1668) restitua la Franche-Comté à l'Espagne, il fallut donc la paix de Nimègue (1678) pour que le château devienne Français ! Des compagnies de l'Hôtel des Invalides avaient pour fonction de surveiller les frontières en 1715. Elles gardaient aussi des prisonniers illustres : Mirabeau par exemple et Toussaint Louverture. Le bâtiment par lequel commence la visite est un fort du XIXe, juste derrière se trouvent les quatre enceintes qui portent la marque de Vauban. Ce nid d'aigle contrôle le passage de la Cluse et Vauban tire profit des édifices en place, il adapte le donjon moyenâgeux, transforme la tour dite du Fer à cheval en bastion et il redessine la troisième enceinte dans laquelle il élève deux corps de caserne. Le grand puits, large de 3,7 mètres, a été creusé à la demande de Vauban, dans le rocher jusqu'à la nappe située à environ 147 mètres de profondeur. Les ouvriers y travaillèrent jour et nuit durant plus d'un an !

Château de Joux
25300 La Cluse-et-Mijoux
Tél. 03 81 69 47 95