Planète

L’agriculture et surtout l’élevage émettent le quart des gaz à effet de serre d’origine humaine

Dossier - L’agriculture, cause du réchauffement climatique

Les secteurs agricoles et alimentaires vont être très fortement impactés par les multiples conséquences du réchauffement climatique, comme nous l'avons vu dans les deux premiers dossiers de cette série. Continuer à s'alimenter malgré le réchauffement va donc nécessiter d’immenses efforts dans les décennies qui viennent.

  
DossiersL’agriculture, cause du réchauffement climatique
 

​​​​​Pour limiter le réchauffement à 1,5 °C, il faut impérativement diviser par deux très rapidement nos émissions de gaz à effet de serre. On ne peut évidemment pas imaginer que cet effort colossal se fasse sans l'agriculture et l'alimentation (incluant l’élevage, mais aussi les changements d’affectation des sols). En France, ce secteur est en effet responsable du quart environ des 12 tonnes de gaz à effet de serre émis par chaque Français.

L'effet du rayonnement solaire sur la surface de la Terre amplifié par les gaz à effet de serre. © A loose Necktie, Wikimedia commons, CC by-sa 4.0
Graphique fait par l'auteur à partir de chiffres : développement-durable.gouv.fr, Carbone 4, Agreste, INSEE. © Bruno Parmentier

Au niveau mondial, l’agriculture « pèse » 7 milliards de tonnes d’équivalent carbone ! Si on ne fait rien, ses émissions vont fortement augmenter, dépassant les 11 milliards en 2050 et nous mèneront droit à la catastrophe. Songeons que, si on exemptait d’efforts ce secteur réputé vital, que non seulement il ne diminue pas ses contributions, mais continue à les augmenter, et que les autres secteurs fassent « leur devoir », il pourrait en venir à émettre à lui seul plus de la moitié des gaz délétères ! Il doit donc apprendre à la fois à produire plus, et à diviser par deux, et si possible par trois, ses propres émissions !

Graphique fait par l'auteur, à partir de chiffres du World Resources Institute, Creating a sustainable food future. © Bruno Parmentier

Dans le secteur agricole : CH4 et N20, plus délétères que le CO2

Là, il faut rentrer dans les détails, car le gaz carbonique (CO2), dont tout le monde a entendu parler, ne représente en fait qu'une petite partie de la contribution à l'effet de serre du secteur agricole ; ce dernier est beaucoup plus émetteur de méthane (CH4) et de protoxyde d'azote N2O, qui sont malheureusement des gaz beaucoup plus délétères ; voyons cela de plus près !