Planète

Catastrophe de Schweizerhalle

DéfinitionClassé sous :développement durable , Suisse , Bâle
Le site industriel de Schweizerhalle sur le Rhin. © Hans Krebs / ETH-Bibliothek Zürich, Bildarchiv CC by-nc-nd 2.5

La catastrophe de Schweizerhalle s'est produite en décembre 1986.

Les étapes de la catastrophe

Le 1er décembre 1986, un incendie se déclare dans l'entrepôt d'une usine chimique de la firme Sandoz à Schweizerhalle, près de Bâle (Suisse).

Rapidement, l'explosion et la combustion de produits phytosanitaires forment un nuage chimique de mercaptan (thiol) qui inquiète les autorités. Celles-ci déclenchent un plan de catastrophe.

15.000 mètres cubes d'eau sont déversés par les pompiers qui tentent de stopper l'incendie et la formation du nuage. Se faisant, une seconde pollution se produit : cette quantité massive d'eau se mélange avec 1.200 tonnes d'insecticides et de pesticides, 15 tonnes de bleu de Berlin et de Rhodamine B (colorants) et 2 tonnes de mercure. C'est bien plus que ce que peuvent contenir les 50 mètres cubes du bassin de rétention.

Des flots rouges et toxiques se déversent donc dans le Rhin. Les autorités suisses isolent alors le fleuve des autres cours d'eau et des réseaux de distribution d'eau. La pêche dans les eaux du Rhin est interdite pour 6 mois et une campagne de mesures et de suivis est mise en place.

Riverains du Rhin, la France, l'Allemagne et les Pays-Bas sont touchés à leur tour par cette pollution chimique, mais l'information circule mal. Les pays réagissent donc tardivement.

Les causes supposées de l'explosion

La cause de l'explosion pourrait être l'autocombustion du bleu de Berlin, qui a la propriété de se consumer pendant des heures sans flammes ni odeur. L'hypothèse d'une bouteille de propane mal stockée est aussi avancée.

Quoiqu'il en soit, la catastrophe, ses eaux rouges et ses tonnes de poissons morts sont un électrochoc.

Les mesures mises en place contre les accidents d'usine

De nouvelles mesures renforcent désormais la protection des usines contre les accidents majeurs. Dorénavant, les entreprises riveraines du Rhin, qui stockent des substances chimiques dans le bassin versant d'un cours d'eau international, doivent se prémunir contre ce type d'accident.

Le système d'alerte internationale, qui avait montré des lacunes, est aussi restructuré tandis que des mesures antipollution réduisent les rejets qui se déversent dans le fleuve. 20 ans après la catastrophe, les objectifs de réduction des matières polluantes sont dépassés, mais il demeure des problèmes de pollutions aux métaux lourds, aux pesticides ou aux substances hormonales issues des médicaments (pilule contraceptive, etc.).

20 ans plus tard, le Rhin a retrouvé son aspect et ses fonctionnalités écologiques. Le fleuve se porte même mieux qu'à la veille de la pollution.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi