Planète

Dendrolague de Matschie

DéfinitionClassé sous :animaux , marsupial , prédateur
 
Le dendrolague est d'une agilité surprenante dans les arbres. © Fred Hsu, Wikipédia, GNU 1.2

Dendrolague de Matschie (Förster et Rothschild, 1907) — Dendrolagus matschiei

  • Ordre : Diprotodontia
  • Famille : Macropodidae
  • Sous-famille : Macropodinae
  • Genre : Dendrolagus
  • Taille : 0,50 à 0,80 m (longueur de la queue 0,40 à 0,60 m)
  • Poids : 7 à 11 kg
  • Longévité : 12 à 14 ans

Statut de conservation UICN : EN, En danger

Description du dendrolague de Matschie

Le dendrolague de Matschie est une espèce de marsupiaux arboricoles apparentée aux kangourous. Le pelage varie du roux au brun sur la partie supérieure, et du beige au blanc sur la partie ventrale. La face est généralement bariolée de brun et de beige, et la nuque présente une touffe de poils drus et hirsutes poussant à contresens, ce qui permet une meilleure évacuation de l'eau de pluie lorsqu'il se repose assis, la tête placée plus bas que les épaules. L'animal arbore deux petites oreilles un peu semblables à celles d'un ours. Les pattes antérieures sont munies de griffes recourbées leur permettant une bonne préhension des branches et des troncs, tandis que les postérieures sont équipées de coussinets destinés à l'adhérence. La queue n'est pas préhensile. Elle sert au maintien de l'équilibre lors des évolutions dans les arbres. La femelle porte une poche marsupiale qui abrite quatre mamelons.

Habitat du dendrolague de Matschie

Le dendrolague de Matschie se trouve uniquement dans les forêts pluviales de montagne de la péninsule Huon, dans le nord-est de la Nouvelle-Guinée. Il évolue entre 1.000 et 3.300 mètres d'altitude sur des terrains tourmentés difficilement accessibles.

Comportement du dendrolague de Matschie

Le dendrolague de Matschie vit généralement en solitaire ou en petits groupe familiaux composés d'une femelle, d'un mâle et d'un jeune. Il passe le plus clair de son temps dans les arbres où il se repose entre 14 et 15 heures par jour, et ne descend à terre que pour glaner de la nourriture. Il évolue avec agilité dans les frondaisons et est capable d'effectuer des bonds impressionnants qui peuvent atteindre neuf mètres. Son activité est diurne. Il communique avec ses congénères par la vue, le toucher, les vocalisations et surtout par le biais de signaux chimiques. À l'exception de l'Homme, ses prédateurs sont relativement rares et se limitent à quelques rapaces, car il n'existe pas de grands carnivores en Nouvelle-Guinée.

Femelle dendrolague de Matschie et son petit dans le marsupium. © Cyndy Sims Parr, Wikipédia, cc by sa 2.0

Reproduction du dendrolague de Matschie

Bien qu'il ait été relevé un pic de reproduction entre les mois d'octobre et de mars, il n'y a pas de période bien définie pour les naissances chez le dendrolague de Matschie. La femelle est réceptive tous les 51 à 79 jours. La gestation dure 39 à 45 jours, sans implantation différée de l'ovule, contrairement aux autres espèces de dendrolagues. Au moment de la mise bas, la femelle s'assied en plaçant la queue entre les jambes afin d'aider l'embryon généralement unique à se hisser dans le marsupium, où il s'accrochera à un mamelon pendant un peu plus de trois mois. Entre le septième et le huitième mois, le jeune commence à quitter la poche marsupiale et entame son sevrage en s'alimentant comme sa mère. Il devient indépendant au bout de la première année. Le jeune dendrolague atteint sa maturité sexuelle vers deux ans et est capable de se reproduire jusqu'à sa 10e ou sa 12e année.

Régime alimentaire du dendrolague de Matschie

Le dendrolague du Matschie se nourrit essentiellement de feuilles coriaces de divers arbres, de sève, de fleurs, de fruits et de mousses.

Menaces sur le dendrolague de Matschie

Le dendrolague de Matschie est principalement menacé par la déforestation. Cependant, les exploitations pétrolières et la chasse ne sont pas en reste. Ses populations ont été réduites de 50 % au cours de ces dix dernières années. Un programme international de conservation a été mis en place pour tenter de sauver l'espèce, et un territoire de 760 km2 englobant les rivières Yopno, Uruwa et Som lui a été dédié. Il prévoit également la sensibilisation et l'éducation des populations.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités chaque jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi