La fonte des glaciers dans l'Arctique canadien dévoile des paysages invisibles depuis 40.000 ans

Classé sous :Réchauffement climatique , Arctique canadien , fonte des glaciers

Dans un témoignage cruel du changement climatique, des paysages de l'archipel arctique canadien goûtent de nouveau à l'air libre après au moins 40.000 ans, voire jusqu'à 115.000 ans, passés sous plusieurs mètres de glace, révèle une publication parue dans Nature Communications. À cette allure, la totalité des glaciers de l'île de Baffin, où ces anciens paysages ont été libérés, pourrait disparaître dans les prochains siècles, préviennent les chercheurs, en rappelant que l'Arctique continue de se réchauffer deux fois plus rapidement que le reste du globe.

Les chercheurs ont daté 124 échantillons de toundra et de roches, prélevés sur 30 sites différents nouvellement exposés par le recul des calottes glaciaires de l'île de Baffin. Celles-ci, parce qu'elles reposent sur des terrains plats, ne glissent pas et préservent les décors qu'elles recouvrent sans les éroder. La datation au carbone 14 montre que cela fait plus de 40.000 ans (limite haute de cette méthode) que cette végétation et ces rochers n'ont pas vu la lumière du jour. Une reconstitution du paléoclimat de l'île de Baffin indique par ailleurs que la région subit actuellement son siècle le plus chaud depuis 115.000 ans, suggérant que les paysages révélés aujourd'hui par des températures similaires à cette lointaine époque, étaient cachés depuis aussi longtemps.

L'île de Baffin, en gris sur la petite carte en bas à gauche. Les échantillons récemment exposés par le recul des calottes glaciaires proviennent de 30 sites dans l'est de l'île. Les cercles indiquent que seules des plantes ont été prélevées. Les carrés signifient que des plantes et des roches ont été prélevées. © Simon Pendleton et al., Nature Communications, 2018/Google Earth/IBCAO, Landsat/Copernicus

L'île de Baffin, en gris sur la petite carte en bas à gauche. Les échantillons récemment exposés par le recul des calottes glaciaires proviennent de 30 sites dans l'est de l'île. Les cercles indiquent que seules des plantes ont été prélevées. Les carrés signifient que des plantes et des roches ont été prélevées. © Simon Pendleton et al., Nature Communications, 2018/Google Earth/IBCAO, Landsat/Copernicus