Des milliers de vaches ont été contaminées dans le périmètre de la centrale nucléaire de Fukushima. Les veaux conçus et nés après la tragédie ont un taux encore plus important de radionucléides dans leur organisme que les adultes.
Cela vous intéressera aussi

Cela fait bientôt deux ans que la catastrophe de la centrale nucléairecentrale nucléaire de Fukushima au Japon a eu lieu. Si les Japonais se relèvent peu à peu de cette tragédie, l'environnement est toujours aussi contaminé. Lorsque la fuite de la centrale a été annoncée, les villages voisins ont été évacués dans un périmètre de 20 km.

Cependant, des milliers d'animaux d'élevage ont été laissés pour compte dans la nature. On estime ainsi que 3.400 vachesvaches, 31.500 cochons et 630.000 poulets ont été abandonnés dans la zone d'évacuation.

Des zones contaminées autour de la centrale de Fukushima sont interdites et servent de lieux de stockage des déchets. © Sulamith Sallmann, Flickr, cc by nc nd 2.0

Des zones contaminées autour de la centrale de Fukushima sont interdites et servent de lieux de stockage des déchets. © Sulamith Sallmann, Flickr, cc by nc nd 2.0

Les veaux de Fukushima plus contaminés que les animaux adultes

Dans le but de déterminer le taux d'exposition aux radionucléidesradionucléides et d'en évaluer les conséquences, des chercheurs japonais ont recueilli 79 animaux provenant de la zone d'évacuation, c'est-à-dire entre 10 et 20 km autour de la centrale de Fukushima. Il s'agissait de vaches, dont certaines étaient pleines, et de veaux mâles et femelles. L'étude de ces animaux, publiée dans la revue Plos One, révèle que tous était contaminés. Des traces de radionucléides de césiumcésium, de telluretellure d'argentargent ont été retrouvées. En outre, les fœtusfœtus et les veaux affichaient des concentrations 1,5 fois plus élevées que les adultes.

Les chercheurs ont montré que le taux de radioactivité dépend de la zone géographique et de la nourriture de l'animal. Dans le bétail, 27 provenaient de Minamisoma, au nord du site de la catastrophe, et 52 de Kawauchi, au sud-ouest de la centrale nucléaire. Tous les animaux vivaient dans la zone d'évacuation, mais certains étaient gardés dans un enclos et étaient nourris avec de l'herbe non radioactive. Les autres se déplaçaient librement et se nourrissaient seuls dans la nature. Ce sont les plus affectés.

La viande de ces vaches n'est pas consommable : les radionucléides s'accumulent principalement dans les muscles squelettiquesmuscles squelettiques. Cette étude est la première à fournir des informations de base pour comprendre la biocinétiquebiocinétique des radionucléides et évaluer les doses d'exposition.