Les derniers mammouths se sont éteints il y a 4.000 ans. © Tracy O, Wikipédia, CC by-sa 2.0

Planète

Les derniers mammouths sont morts brutalement sur une île isolée

ActualitéClassé sous :paléontologie , disparition du mammouth , île Wrangel

Les derniers mammouths se sont éteints il y a 4.000 ans sur l'île Wrangel, au nord de la Sibérie. Mais, contrairement à leurs congénères du continent, leur disparition a été très soudaine, ce qui exclut bon nombre d'hypothèses jusqu'ici avancées pour expliquer cette extinction.

Perdus sur une petite île dans la mer des Tchouktches, au Nord de cela Sibérie, les derniers mammouths laineux se sont éteints soudainement il y a 4.000 ans. C'est la conclusion d'une nouvelle étude publiée par des chercheurs des universités d'Helsinki (Finlande) et de Tubingue (Allemagne), et de l'Académie des Sciences russe, qui ont reconstitué les derniers instants de cet animal emblématique.

Les derniers mammouths coupés du continent il y a 10.000 ans

La disparition du mammouth laineux, animal largement répandu dans l'hémisphère nord durant le dernier Âge de glace (entre 100.000 et 15.000 ans avant notre ère) a fait l'objet de multiples études et spéculations. Aurait-il été victime de la chasse intensive de l'Homme ? du réchauffement climatique ? d'une accumulation de mutations génétiques délétères ? du changement de la végétation qui aurait affecté son régime alimentaire ? Ce qui est certain, c'est que le réchauffement survenu il y a 15.000 ans a réduit comme peau de chagrin l'habitat de ces géants préhistoriques. Les derniers mammouths ont ainsi disparu de l'Alaska il y a 13.000 ans, et des plaines de Sibérie il y a 11.000 ans. Des petites populations ont cependant subsisté sur quelques îles durant 7.000 années supplémentaires. Le mammouth laineux s'est définitivement éteint sur l'île Wrangel, à 143 km au nord de la Sibérie, il y a 4.000 ans. Autrefois reliée au continent, l'île Wrangel a été séparée de la Sibérie il y a environ 10.000 ans avec la montée des eaux.

Le territoire du mammouth laineux (en brun) s’étendait de l’Espagne à l’Alaska durant le dernier Âge glaciaire. L’animal s’est définitivement éteint sur l’île Wrangel (étoile rouge au Nord) il y a 4.000 ans. © Laura Arppe et al, Quaternary Science Reviews, 2019.

Une mort survenue très rapidement

Mais ce que vient de découvrir la nouvelle équipe de chercheurs, dont l'étude a été publiée le 15 octobre dans la revue Quaternary Science Reviews, c'est que cette disparition est survenue dans un laps de temps très court, excluant de fait des causes comme le changement d'habitat, le réchauffement ou la chasse. Les chercheurs ont analysé les isotopes de carbone, azote, soufre et strontium d'un échantillon de 52 spécimens de dents et d'os de mammouths laineux, âgés de 48.000 à 4.000 ans et ils ont repris d'anciennes études avec des mammouths de différents endroits pour reconstituer le scénario de leur disparition. Contrairement à leurs congénères de Russie et de l'île Saint-Paul en Alaska, les mammouths de Wrangel ne présentent pas de changement dans la composition isotopique de carbone et d'azote, ce qui suggère que le réchauffement climatique ou qu'une pénurie liée à la raréfaction de l'herbe n'est ici pas en cause. « Les mammouths de l'île Wrangel ont continué à bénéficier des conditions favorables jusqu'à leur extinction», indiquent les chercheurs.

Empoisonnés par de l’eau contaminée ?

Ces derniers ont en revanche découvert que les échantillons présentaient des niveaux de soufre et de strontium montrant un changement de la composition du substrat rocheux vers la date de l'extinction, conduisant à des teneurs élevées de l'eau en métaux lourds. Les mammouths auraient-ils pu être empoisonnés ? C'est l'une des hypothèses avancées par l'étude qui suspecte également un événement climatique brutal, comme un hiver particulièrement rigoureux ayant gelé les sols et empêchant l'accès à la nourriture. « Il est facile d'imaginer qu'une population restreinte et fragmentée de mammouths, déjà affaiblie par des mutations génétiques et une mauvaise qualité de l'eau, ait pu succomber à un désastre climatique », explique Hervé Bocherens, paléontologue à l'université de Tubingue et co-auteur de l'étude. Les chercheurs n'excluent pas que l'Homme ait contribué à cette triste fin, même si aucun indice de chasse au mammouth n'a été retrouvé.

  • Les derniers mammouths se sont éteints il y a 4.000 ans sur l’île Wrangel, au nord de la Sibérie.
  • Contrairement à leurs congénères des autres continents, ils ont disparu dans un laps de temps très court.
  • Un événement climatique brutal comme un hiver très rigoureux pourrait avoir causé leur perte.
Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi

Le mystère du quatrième mammouth s'éclaircit enfin  En 150 ans, seuls quatre mammouths ont été découverts en France. Mis au jour à Changis-sur-Marne, ce spécimen est particulièrement bien conservé. Cet étonnant documentaire de l’Inrap (Institut national de recherches archéologiques préventives) raconte une enquête minutieuse pour comprendre ce qui est arrivé à cet animal.