Les superbolts sont 1.000 fois plus puissants que les autres éclairs. © Canva
Planète

Phénomène météo extraordinaire : les éclairs superbolts

ActualitéClassé sous :météorologie , éclair super puissant , luminosité d'un éclair

[EN VIDÉO] 5 mythes sur la foudre  Depuis la nuit des temps, la foudre effraye et fascine les humains. Symbole autrefois de la colère divine, on connait aujourd’hui ses causes et ses mécanismes. Mais certaines croyances ont la vie dure ! 

Les superbolts sont des éclairs 1.000 fois plus puissants que les éclairs classiques, mais aussi 1.000 fois plus lumineux. Ces « super éclairs » se produisent majoritairement au-dessus de l'eau, et en particulier le long des côtes françaises !

L'énergie des superbolts est supérieure à 1 million de joules, parfois bien plus ; la plupart des éclairs ont, eux, une puissance de 1.000 joules. Les superbolts sont donc aussi 1.000 fois plus brillants que les autres éclairs. Tout comme les éclairs classiques, ils peuvent avoir une charge positive ou négative. Sur les photos de chasseurs d'orages, ces « super éclairs » se présentent sous la forme d'un trait horizontal net et ultra lumineux. Les éclairs ramifiés (avec des branches) sont moins puissants car l'énergie se disperse dans les différents « bras » de l'éclair, alors que chez les superbolts elle est concentrée sur une seule ligne.

Les superbolts sont plus nombreux l'hiver

L'étude des superbolts est très récente et les premiers ont été détectés par un satellite en 1977. Plus récemment, des chercheurs de l'université de Washington ont répertorié 2 milliards d'éclairs entre 2010 et 2018, parmi lesquels 8.000 superbolts. Il se produit donc un superbolt pour 250.000 éclairs. Alors que l'on pourrait croire que ces éclairs surpuissants se produisent surtout au printemps et à l'été, pendant les deux saisons les plus orageuses de l'année, les superbolts se produisent en fait majoritairement entre novembre et février : c'est lors de la saison hivernale que les éclairs les plus violents se produisent, y compris en France. Ils sont bien plus nombreux dans l'hémisphère nord, mais étonnement, ont lieu à la même période de l'année dans les deux hémisphères malgré des saisons différentes.  

Un superbolt en Belgique en 2016, à 0:20 secondes sur la vidéo. © DeepStormChase

Le littoral français est l'une des zones les plus frappées par les superbolts

Alors que 90 % des éclairs se produisent au-dessus de la terre, les superbolts se produisent majoritairement au-dessus de l'océan : dans le nord-est de l'Atlantique, mais aussi en Méditerranée. Ils se produisent également le long des Andes, dans l'océan Indien, au sud et à l'ouest de l'Afrique et dans le nord du Pacifique. On les retrouve en très grand nombre sur les côtes de l'ouest de la France : dans notre pays, c'est en effet en Bretagne que les éclairs sont les plus puissants, malgré leur nombre limité. Les raisons de cette localisation majoritaire au-dessus de l'eau sont encore mal connues : les scientifiques pensent que cela pourrait être lié à l'énergie issue de l'eau, au sel de la mer qui est un excellent conducteur électrique, à l'acidification des océans qui conduit à davantage d'hydrogène dans l'eau, mais aussi à la localisation des taches solaires.

Répartition des superbolts dans le monde entre 2010 et 2018. © R.H. Holzworth & al. 2019

En France et en Europe, les éclairs superbolts ont parfois fait l'actualité avec des photos impressionnantes, des dégâts sur des toitures et des black-out électriques. Les témoins qui ont pu observer un « super éclair » ont décrit un énorme bruit d'explosion et un flash lumineux si intense qu'il serait susceptible de troubler la vue pendant quelques minutes.


Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !