Les coraux peuvent forment des paysages sous-marins visibles à de très longues distances, comme ici au niveau de la Grande Barrière de corail australienne. © Coral_Brunner, Adobe Stock
Planète

Découverte du plus large corail de la Grande Barrière

ActualitéClassé sous :Grande Barrière de Corail , Australie , océan

[EN VIDÉO] Grande barrière de corail : la vie sous-marine prospère malgré le réchauffement  En dépit du confinement, l’Institut Schmidt pour l’océan a continué à mener ses expéditions d’exploration dans la Grande Barrière de corail en Australie. Les scientifiques ont enchaîné les découvertes, avec des espèces encore jamais observées auparavant, dont 10 nouvelles espèces de poissons, escargots de mer ou éponges, ainsi que les coraux vivants les plus profonds jamais vus dans les eaux d’Australie orientale. 

De petits massifs de coraux peuvent créer de grandes barrières mais de colossaux massifs forment des paysages plus inhabituels...

Les coraux sont des organismes coloniaux qui peuvent, au cours de leur croissance, créer des structures de taille impressionnante. Des massifs atteignant presque sept mètres de diamètre et mesurant jusqu'à huit mètres de hauteur avaient en effet préalablement été identifiés au niveau de la Grande Barrière de corail australienne.

Le record du plus large corail vient cependant d'être battu, comme le reporte une étude parue dans le journal Scientific Reports. Ce corail mesure en effet 10,4 mètres de largeur à sa base, 6,1 mètres de largeur à son sommet et a une hauteur de 5,3 mètres.

Ce corail mesure 10,4 mètres de largeur à sa base

Il a été repéré par des nageurs au niveau de la Orpheus Island et sa base se situe à 7,4 mètres de profondeur. La structure a été bâtie par une espèce de cnidaires du genre Porites mais d'autres genres de coraux ainsi que des éponges et des macroalgues sont présents sur la structure.

Le massif de Porites est le plus large jamais identifié au niveau de la Grande Barrière de corail. © Smith et al, 2021

Un grand âge

La taille du corail et la température des eaux de surface ont permis aux auteurs de l'étude d'estimer que le taux de croissance du massif serait de 1,21 centimètre par an et que ce dernier aurait donc entre 421 et 438 ans. Cette estimation signifie que ce corail a survécu à près de 99 épisodes de blanchissement au cours des siècles, ainsi qu'aux cyclones tropicaux (en moyenne deux par décennie). Le massif de Porites est, de plus, actuellement considéré en bonne santé car il est composé de 70 % de corail vivant. Cependant, malgré leurs importantes capacités de résilience, ces larges coraux de la Grande Barrière demeurent des structures qu'il faut protéger.

70 % du massif Porites est vivant selon les auteurs et le reste du massif est notamment partagé par d'autres organismes. © Smith et al, 2021
Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !