Les souris de l'est et de l'ouest de l'Amérique convergent sur certains points. © torook, Adobe Stock
Planète

Ces souris montrent que l'évolution est prévisible

ActualitéClassé sous :Évolution , théorie de l'évolution , génétique animale

Dans des conditions environnementales similaires, les animaux pourraient évoluer dans le même sens... C'est en tout cas ce qu'observent des chercheurs chez des souris rapportées sur le sol américain par les colons européens au XVe siècle. D'est en ouest, leurs similarités tendent à montrer que l'évolution serait prévisible.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] L'environnement conditionne-t-il l’évolution de l’Homme ?  Dans sa théorie de l’évolution, Darwin propose que le moteur la sélection naturelle soit la lutte pour la survie (struggle for life). Dans un environnement changeant, l’Homme, comme les autres espèces, est soumis à ces lois de l’évolution. 

À la fin du XVe siècle, les Européens colonisant l'Amérique ont emporté avec eux tout un tas de passagers clandestins. Dont des souris domestiques (Mus musculus domesticus). Ces petits animaux se sont rapidement dispersés sur le continent. D'est en ouest, ils se sont adaptés à leurs nouvelles conditions de vie. Aujourd'hui, ces évolutions sont perceptibles dans leur comportement mais aussi sur leur corps. Par exemple, aux États-Unis, les souris du nord sont 50 % plus grosses et construisent des nids deux fois plus imposants, en comparaison avec les souris du sud. 

Malgré leurs différences, il semblerait que ces mammifères aient pris des voies évolutives similaires. Des chercheurs, dans une étude récente, publiée dans Plos Genetics, ont examiné les souris de la côté ouest et de la côte est de l'Amérique du Nord. S'ils recherchent toujours les causes génétiques du comportement de construction de nid, ils ont constaté que plusieurs gènes associés à la taille du corps « montrent de fortes signatures de sélection naturelle à la fois à l'est et à l'ouest », rapporte Michael Nachman, biologiste et coauteur de l'étude.

Les croix indiquent les sites où des souris ont été prélevées, tandis que les couleurs montrent les gradients de température annuelle moyenne, selon les sites. Les chercheurs ont mis en évidence que les souris étaient génétiquement plus proches de leurs consœurs vivant sous les mêmes températures, peu importe qu'il s'agisse de la côte est ou de la côte ouest. © Michael Nachman, UC Berkeley

Dans le même sens

Les auteurs ont collecté cinquante souris dans des lieux distincts. Leurs génomes, séquencés, indiquent des différences génétiques dans le poids corporel. Mais des différences avec une même origine, précise Michael Nachman : « Nous avons montré que les mêmes gènes ont été recrutés indépendamment [...], le tout sur un temps évolutif très court. » Sur un demi-siècle. Le temps que la souris domestique se multiplie sur 400 à 600 générations.

Les chercheurs sont allés plus loin, en élevant ces animaux en laboratoire. Cela leur a permis de confirmer que les évolutions observées sur des souris étaient bien ancrées dans leurs gènes, et non temporairement présentes en réponse à l'environnement, culturelles, en quelque sorte.

À partir d'un ancêtre commun, les souris présentes sur les côtes est et ouest ont dû connaître de nombreuses mutations. Bien qu'elles eussent pu développer des traits tout à fait distincts, elles ont répondu à des conditions environnementales similaires par une stratégie similaire. En tout cas, pour les critères de taille du corps et de construction des nids. « Il y a une certaine prévisibilité de l'évolution, à la fois au niveau de l'organisme et au niveau génétique », assène Michael Nachman. Reste à déterminer dans quelle mesure.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !