Selon Martin Edström, photographe et volontaire du projet environnemental Saving Mount Everest et interviewé par le Daily Mail en mai 2013, « 50 tonnes de déchets sont abandonnées chaque saison par les touristes ». © AFP Photo, Namgyal Sherpa, Files

Planète

En revenant de l'Everest, les alpinistes devront prendre 8 kg de déchets

ActualitéClassé sous :développement durable , Mont Everest , alpinisme

Devant les quantités grandissantes de détritus qui s'accumulent sur la voie d'accès au plus haut sommet du monde, les autorités népalaises durcissent le ton. Les alpinistes devront non seulement redescendre leurs propres déchets mais, en plus, collecter ceux des autres. Ils laisseront donc la montagne plus propre qu'à leur arrivée...

Les alpinistes qui partent à l'assaut du mont Everest devront ramener huit kilogrammes de déchets à leur descente sous peine de poursuites judiciaires. Une décision qui a pour but de nettoyer le sommet le plus haut de la Terre, a indiqué lundi un responsable népalais.

Les pentes de l'Everest sont jonchées de déchets laissés par les expéditions qui se succèdent depuis des décennies, à un rythme de plus en plus soutenu : bouteilles d'oxygène, tentes, détritus divers et même les corps d'alpinistes ayant succombé et qui ne se décomposent pas à cause du froid extrême.

« Afin de nettoyer le mont Everest, le gouvernement a décidé que chaque membre d'une expédition doit ramener au moins huit kilogrammes de déchets, en plus de ses propres déchets », a indiqué un responsable du ministère népalais du Tourisme, Madhusudan Burlakoti.

Les bouteilles d'oxygène forment une grande part de la masse des déchets abandonnés par les visiteurs du mont Everest. On voit ici une récolte effectuée à 7.400 m lors d'une opération de nettoyage menée en 2011 par l'Everest Summiteers Association. © Everest Summiteers Association, Saving Mount Everest Project

L’Everest, un site devenu touristique

Cette nouvelle règle s'appliquera aux alpinistes partant du camp de base, à partir du mois d'avril, a précisé le responsable auprès de l'AFP. Les expéditions devront soumettre leurs détritus à un bureau qui s'installera près du camp de base. Ce bureau est également destiné à fournir une assistance médicale et à résoudre les conflits qui éclatent parfois entre alpinistes et guides locaux.

Les expéditions doivent pour le moment déposer une caution de 4.000 dollars qui leur est rendue au retour si elles ont prouvé qu'elles ont ramené matériel et détritus. Mais ce règlement est difficile à appliquer. « Nos efforts précédents n'ont pas été couronnés de succès. Cette fois-ci, si les alpinistes ne ramènent pas les déchets, nous les poursuivrons en justice et nous les punirons », a prévenu le responsable du ministère.

En février, le Népal a réduit la somme que doit verser chaque alpiniste pour grimper l'Everest et d'autres sommets, afin d'attirer plus de touristes. Mais cette décision a suscité les inquiétudes des défenseurs de la nature et de la montagne, qui redoutent un accroissement des volumes de détritus, alors que le massif et ses glaciers sont déjà affectés par le réchauffement du climat. L'Everest est une source importante de revenus pour le Népal, un pays pauvre. Des centaines d'alpinistes se pressent sur ses pentes chaque année au printemps, notamment en avril et en mai. La photo d'une file de montagnards à l'assaut de l'Everest prise en 2012 par Ralf Dujmovits est devenue célèbre.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi