Planète

Oui, nous allons augmenter les émissions de CO2

ActualitéClassé sous :développement durable , climatologie , AIE

-

À Cancun, les États s'étaient fixé une augmentation de température maximale de 2 °C. Objectif compliqué selon un rapport de l'Agence internationale de l'énergie, qui prévoit 3,5 °C à long terme, confirmant le scepticisme de certains scientifiques et du Département de l'énergie américain.

La température pourrait augmenter de 3,5 °C d'ici 2035, selon l'AIE. © Jim Crocker, Flickr, cc by nc nd 2.0

Alors qu'un récent rapport du Département de l'énergie américain et une étude dans le dernier numéro de Natureindiquent que les émissions de CO2 ont augmenté en 2010 et qu'il sera ainsi difficile de tenir les objectifs décidés au sommet de Cancun, un rapport de l'AIE (World Energy Outlook 2011) enfonce le clou. En substance les experts de l'Agence internationale de l’énergie prévoient une augmentation de 20 % des émissions de CO2 à l'horizon 2035, ce qui correspondrait à une hausse de la température de 3,5 °C à long terme. Et si les États abandonnaient leurs actions ayant pour but de faire baisser les émissions, cette augmentation pourrait s'élever à 6 °C !

L'autre peur du nucléaire

Bien au-delà, donc, des 2 °C - par rapport à l'époque préindustrielle - que les États présents au sommet de Cancun en 2010 s'étaient promis de respecter. Dans un communiqué de presse, l'AIE prévient d'ailleurs que « sans un changement de direction audacieux, le monde va s'enfermer dans un système énergétique inefficace et peu sûr, reposant sur une importante consommation de carbone».

Tout en encourageant les énergies renouvelables, l'AIE a fait part de ses préoccupations concernant le nucléaire. L'agence a établi un scénario selon lequel l'apport d'énergie de ce secteur serait divisé par deux, ce qui pourrait être le cas si, suite à Fukushima, les gouvernements décidaient de limiter l'utilisation des centrales nucléaires. Dans ce cas, selon l'AIE, il serait « plus difficile et plus onéreux de lutter contre le changement climatique ».

Cela vous intéressera aussi