Planète

La Nouvelle Angleterre : "pot d'échappement" des Etats-Unis ?

ActualitéClassé sous :développement durable

-

Les taux de pollution enregistrés dans le Nord-est des Etats-Unis sont parfois parmi les plus élevés du pays.

Ainsi l'Acadia National Park du Maine est confronté régulièrement à des problèmes sévères d'ozone et de pollution atmosphérique. Les particules responsables de la brume fréquente qui couvre cette région sont composées de sulfates et de nitrates dont la concentration s'accroît en raison du taux d'humidité élevé, créant ainsi un risque accru pour les personnes souffrant d'asthme ou d'emphysème.

Dirigé par le Climate Change Center de l'Université de New Hampshire, le Projet AIRMAP (Atmospheric Investigation, Regional Monitoring, Analysis and Prediction), financé par la National Oceanic and Atmospheric Administration (NOAA) à hauteur de trois millions de dollars par an, a pour but de collecter plus d'une centaine de composés présents dans l'air à partir de soixante-cinq stations météorologiques et de les transmettre pour analyse toutes les
quinze minutes
au siège de la NOAA à Boulder (Colorado).

Le principal objectif des chercheurs qui participent à ce programme est de parvenir à donner rapidement l'alerte quand survient un pic de pollution atmosphérique. A plus long terme, ils souhaitent pouvoir établir des hypothèses fiables sur l'origine des polluants qui s'abattent sur la région. Si les nombreuses centrales électriques du Middle West contribuent largement à la présence de particules dans l'air, une évaluation précise de leur rôle n'a pas encore été réalisée.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi