L'aéronaute a posé sa rozière ce matin à 7 h 40 en Sibérie orientale. Le pilote et le ballon vont bien. Mais s'étant posé au milieu de nulle part, Jean-Louis Etienne va passer une nuit de plus dans sa nacelle exiguë.
Cela vous intéressera aussi

Après 5 jours (et une heure et demie) et 3.130 kilomètres, Jean-Louis EtienneJean-Louis Etienne a terminé sa traversée aérienne de océan ArctiqueArctique en posant sa rozièrerozière Generali Arctic Observer quelque part en Sibérie Orientale, à 220 kilomètres de la ville de Batagaï (67,8° de latitudelatitude nord, 130,4° de longitudelongitude est), au sud-est du port de Tiksi.

L'atterrissage s'est excellemment déroulé, par un ventvent de 2 km/h sur une vaste étendue neigeuse. Le ballonballon s'est posé calmement et le pilote a pu immobiliser l'enveloppe au sol. Il fait -27°C et l'endroit est désertdésert. En liaison radioradio, Jean-Louis Etienne, qui parle « d'un grand soulagement » raconte : « voilà deux heures que je suis posé et je n'ai encore vu personne. Mais je ne vois pas d'où on pourrait venir... » Autour de lui, la neige et la forêt. Les équipes sont en route pour récupérer l'aventurier et son matériel