Selon des chercheurs de l’université de Melbourne (Australie), les âges glaciaires prennent fin lorsque l’angle d’inclinaison de l’axe de la Terre approche ses valeurs les plus élevées. © standret, Adobe Stock

Planète

Comment les âges glaciaires se terminent

ActualitéClassé sous :climatologie , âge glaciaire , Âge de glace

La question du mécanisme qui mène à la fin d'un âge glaciaire est posée depuis le XIXe siècle. Mais aujourd'hui, des chercheurs nous proposent une réponse, basée sur des techniques de datation précises. Parce que pour savoir comment un âge glaciaire se termine, il faut d'abord savoir quand il se termine.

Depuis le milieu du XIXe siècle, les chercheurs soupçonnent les variations de l’orbite terrestre d'être responsables de l'alternance âge glaciaire/période interglaciaire observée. Mais, faute de datations précises, ils peinaient à identifier clairement les paramètres orbitaux incriminés. Des chercheurs de l'université de Melbourne (Australie) affirment aujourd'hui que, sur le dernier million d'années, les âges glaciaires ont pris fin alors que l'angle d'inclinaison de l'axe de la Terre - qui varie naturellement entre 21,8° et 24,4° - approchait ses valeurs les plus élevées.

Grâce aux techniques de datation radiométriques les plus pointues, ils ont en effet pu déterminer les dates de fin de deux périodes glaciaires survenues il y a 960 000 et 875 000 ans. Des dates qui coïncident avec une augmentation de l'angle d'inclinaison de la Terre. En comparant ces résultats avec les dates connues de fin de périodes glaciaires plus récentes, les chercheurs se sont aperçus que ce modèle semble bien persister jusqu'à nos jours.

Les chercheurs de l’université de Melbourne (Australie) ont étudié des stalagmites de l’Antro del Corchia (Italie) qui conservent des signatures géochimiques présentes dans les sédiments océaniques. © Adriano Roncioni, Gruppo Speleologico Lucchese

Sédiments océaniques et grotte italienne

Comme il est difficile de déterminer l'âge des minuscules organismes fossiles marins qui renferment les traces des alternances âge glaciaire/période interglaciaire, les chercheurs ont eu l'idée de s'intéresser à des stalagmites recueillies dans une grotte des Alpes. Parce que ces stalagmites gardent des traces de signatures géochimiques présentes dans les sédiments océaniques. Et parce qu'elles contiennent de l'uranium et du plomb qui permettent de dater ces informations.

Les travaux des chercheurs de l'université de Melbourne suggèrent aussi que la vitesse à laquelle l'âge glaciaire prend fin dépend du niveau d'énergie solaire reçu par les calottes au début de la transition. Plus l'énergie reçue est élevée, plus l'âge glaciaire prend fin rapidement. Reste désormais à vérifier que le même mécanisme permet aussi d'expliquer les variations climatiques plus anciennes.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi

Protecting Ice Memory : conserver la mémoire de nos glaciers  Préparations pour le prélèvement de la première « carotte-patrimoine » du programme Protecting Ice Memory visant à conserver dans « le plus grand congélateur naturel du monde », la mémoire des glaciers terrestres menacés de disparition. Les trois premières carottes ont été prélevées dans le massif du mont Blanc durant l'été 2016. Les suivantes seront extraites des Andes.