Maison

Parquet : la pose collée

Dossier - La pose du parquet
DossierClassé sous :matériau , revêtement , parquet

Michel Berkowicz, Futura

On distingue deux grandes familles de parquets : massifs et multicouches (ou contrecollés). De qualités variables, ces produits existent en une large gamme d’essences européennes ou exotiques, de formats et d’aspects. Des considérations techniques autant que budgétaires dictent le choix du revêtement et, donc, son type de pose.

  
DossiersLa pose du parquet
 

Il existe deux techniques de collage : en plein (ou à plein bain) et sur cordons. La première solution (décrite ici) convient à tous les modèles de parquets, la seconde est en principe réservée aux grandes lames. La pose peut s'effectuer sur différents types de supports (ciment, carrelage, plancher bois...) à condition que la surface soit plane et apte à l'encollage.

La pose collée. © Elnur, Fotolia
Bien réussir la pose collée de son parquet. © decarts.fr

La préparation du sol

Si le sol présente des déformations, il faut soigneusement le nettoyer puis le ragréer, tout ou partiellement, au moyen d'un enduit ou mortier autolissant compatible avec le matériau. En règle générale, l'application d'un primaire d'accrochage s'impose avant de ragréer.

Le primaire, liquide initialement blanchâtre, devient transparent en séchant. L'application peut se faire au rouleau, à la brosse ou au pulvérisateur : délai avant recouvrement une à quatre heures. Le mortier de nivellement se gâche mécaniquement (malaxeur + perceuse) dans un seau avant l'emploi. Il est d'abord versé sur le sol puis tiré à la règle et étalé à la lisseuse. Le produit utilisé (weber.niv plus) peut combler jusqu'à 25 mm de creux en une seule passe. Au delà, on doit attendre que la première couche ait durci (deux à quatre heures) avant de renouveler l'opération. Le parquet est prêt à poser 24 heures plus tard.

Le mortier de nivellement. © Weber

Pose du parquet : les étapes à respecter

La logique de pose du parquet en dalles est identique à celle d'un carrelage. Les murs n'étant jamais parfaitement d'équerre, on démarre de préférence au centre de la pièce pour finir au pied des murs. Deux axes perpendiculaires tracés à l'équerre de maçon et au crayon ou au cordeau à poudre servent de guides d'alignement. Les dalles (comme les lames) sont déballées au dernier moment et empilées à plat sur le sol.

Les dalles de parquet sont déballées au dernier moment et empilées à plat sur le sol. © maisonbrico.com

Dans la mesure du possible, mieux vaut utiliser une colle sans solvant qui n'émet pas de vapeurs entêtantes. Il en existe de polyvalentes adaptées à toutes les essences de bois y compris exotiques brutes de finition, huilées ou vernies. Rendement : 500 à 1.500 g/m2 selon le produit. La colle s'applique à la spatule crantée par surface de 1 m2 environ, en tenant l'outil assez droit pour bien marquer les sillons. Sans attendre, la première dalle est placée dans l'angle du tracé en appuyant fortement pour la faire adhérer.

Application de la colle. © maisonbrico.com

Les dalles se posent ainsi les unes à la suite des autres, en s'assemblant par leurs rainures et languettes. La colle facilite le glissement. Si toutefois l'assemblage résiste, on tapote au maillet sur une cale pour emboîter les éléments à fond. Attention à vérifier régulièrement leur bon alignement et leur planéité. Le travail se poursuit en escalier le long des axes jusqu'à rejoindre les murs. Les bavures de colle se nettoient sans attendre avec une éponge légèrement humide.

On pose les dalles les unes à la suite des autres. © oliwood.it

Le parquet se termine rarement par une rangée de lames entières mais par des éléments recoupés. Pour s'éviter la répétitive corvée de prises de mesures, les chutes sont tracées selon la méthode de superposition. Une première dalle est placée exactement sur la dernière de la rangée et recouverte par une seconde dalle que l'on approche du mur, en intercalant des cales correspondant au joint périphérique. Le traçage s'effectue sur la dalle inférieure en se guidant sur celle du dessus. Après découpe, la chute est collée en place en s'aidant d'un pied-de-biche (ou d'une cale spécifique à frapper) pour l'emboîter. Il est conseillé d'intercaler un morceau de carton épais ou autre entre le pied-de-biche et le mur, si l'on ne veut pas abîmer ce dernier.

La pose s'achève par la fixation de plinthes (ou de moulures) au bas des parois. Pour éviter qu'elles ne compriment le parquet, l'astuce consiste à intercaler des bandes de carton (1 mm d'épaisseur au moins) que l'on retire ensuite. Dans les angles rentrants ou saillants, les segments de plinthe sont soigneusement découpés et assemblés d'onglet.

Dernière étape : la fixation des plinthes. © oliwood.it