Maison

Isolation : le sarking, à l’assaut des cimes

Dossier - Isoler la toiture par l’extérieur : confort et gain de place
DossierClassé sous :Maison , isolation de la toiture , pannes

L'isolation de la toiture par l'extérieur permet un gain de place et de meilleures performances. Découvrez les particularités du sarking, des caissons chevronnés et des panneaux sandwichs. Des données techniques sont données pour comparer les différents systèmes.

  
DossiersIsoler la toiture par l’extérieur : confort et gain de place
 

L'isolation par sarking s'adresse aux toitures inclinées de maisons individuelles et de petits bâtiments tertiaires, neufs ou à rénover. Toutefois, c'est en région montagneuse qu'il se rencontre le plus, bénéficiant d'avis techniques favorables pour des altitudes de 900 mètres ou plus.

Le sarking. © Lucadp, Fotolia

L'appellation sarking viendrait d'un terme écossais désignant des panneaux rigides isolants, posés au-dessus d'un chevronnage ou de fermettes.

 

 Fabriqué en polystyrène exempt de HCFC, cet isolant synthétique (Roofmate TG-A) relève d’un processus de fabrication moins dommageable que ses prédécesseurs pour la couche d’ozone. Assemblage par rainures et languettes sur quatre côtés. Fourni en 250 cm de longueur, 60 cm de largeur et six épaisseurs de 30 à 100 mm. © Dow Chemical Company

Les différents matériaux pour une isolation synthétique 

Les plus utilisés sont, dans l'ordre :

Les produits alternatifs (fibre de bois, par exemple) pénètrent très peu ce créneau. Selon le cas, les panneaux s'assemblent par emboîtement ou se joignent bord à bord, à coupes droites.

Panneau rigide en mousse de polyuréthane (Eurothane Sarking) excluant tout gaz de type HFC ou HCFC. Bouveté et rainuré sur quatre côtés. Disponible en deux formats, 240 x 120 cm et 120 x 120 cm, et quatre épaisseurs de 60 à 120 mm. © Recticel

Des produits plus respectueux de l’environnement

Le bilan énergétique des isolants synthétiques étant plutôt mauvais, les fabricants s'attachent à l'améliorer en excluant des process les gaz à effet de serre, tels les HFC ou HCFC, ce qui constitue un réel progrès. Ils prennent soin de préciser aussi l'absence de CFC. À première vue, la précaution peut sembler superflue puisque ces gaz (les pires de tous) sont aujourd'hui frappés d'interdiction. En réalité, c'est une sage décision car des enquêtes diligentées par l'Union européenne ont démontré que des CFC en provenance de Chine se vendaient sous le manteau.

 Panneau rigide en laine de verre (Luro d’Isover) offrant une forte résistance à la compression. Pourvu de marquages tous les 10 cm, pour faciliter les découpes, il est proposé en un seul format de 200 x 120 cm et trois épaisseurs de 60 à 100 mm. © Isover St Gobain