Maison

L'isolation écologique et ses enjeux

Dossier - Isolation écologique : les bons critères
DossierClassé sous :isolation , Bâtiment , isolation écologique

Isoler son habitation, oui, mais pas n'importe comment. Choisir les bons matériaux est essentiel. L'isolant doit avoir un faible impact environnemental et être, bien évidemment, sans danger pour la santé. Il doit aussi rester performant et de qualité. Futura vous aide à faire le tri.

  
DossiersIsolation écologique : les bons critères
 

Lorsque nous avions lancé le débat à propos de la définition de l'isolation écologique sur le forum de Futura, la question s'était ensuite élargie à d'autres problématiques, comme celle de la définition de l'habitation écologique par exemple.

Comme les experts, les internautes sur le forum en sont finalement venus à élargir le débat de l'isolation écologique à d'autres notions :

  • Zarcobx : « J'aimerais d'ailleurs qu'on pose la même question sur ce qu'est la définition d'une habitation écologique car j'ai l'impression que certains imaginent que c'est simplement l'addition de l'utilisation de ressources écologiques, ce qui est au mieux une bêtise, au pire une grave erreur... »
  • Sane élargit la notion de cycle de vie à celle de la maison entière : « Un isolant peut être étudié et "noté" par rapport à son cycle de vie global et une maison doit donc l'être aussi. »
La définition de l'isolation écologique rejoint celle de l'habitation écologique. © Romolo Tavani, Shutterstock

Quels matériaux isolants pour le plus grand nombre ?

De fait, si, dans la confrontation des matériaux, certains modes de construction comme la paille tirent leur épingle du jeu, la question de la généralisation au plus grand nombre de ces écomatériaux pose rapidement problème, notamment en distinguant habitat collectif et habitat individuel :

  • Zarcobx : « Je n'ai rien contre la paille, je trouve ça génial que certains construisent en bois, paille, etc. mais il faut être sacrément utopique pour imaginer qu'elle va remplacer les matériaux dans l'habitat du plus grand nombre ! »

Du coup, le débat sur les matériaux s'est transformé en débat de société sur la nécessité d'une universalité dans les solutions d'isolation ou non :

  • Gil67 : « Faut-il considérer l'énergie et l'habitat de manière globale avec des solutions globales ou faut-il l'adapter localement ? »
  • Yoghourt apporte une réponse : « L'énergie et l'habitat sont considérés, de fait, de façon globale par les politiques. Les solutions appelées sont globales et sur objectif, que ce soit obligation de moyen (RT2005, BBC) ou de résultat (Minergie, Passivhaus). C'est un cahier des charges à remplir, et qui s'étoffe progressivement (DPE, future étiquette unique CSTB/Qualitel). Libre à tout un chacun de remplir le cahier des charges selon son budget et son souhait. »

Coût de l'isolation et empreinte écologique

La notion du coût de l'isolation a été abordée par les internautes :

  • la notion de coût ne doit pas être négligée, comme le souligne Ginomich : « Il existe, parmi les matériaux d'isolation, une douzaine de produits réputés "écologiques". Comment choisir le "meilleur produit au meilleur coût avec une qualité normative dans le temps"? »
  • Ladenree considère aussi que le caractère écologique n'est comparable qu'à coût identique : « À budget égal, l'impact écologique global est-il meilleur avec un isolant dit "naturel" mais de coefficient thermique plus faible en raison du surcoût, ou avec un isolant de synthèse, meilleur marché, ayant un coefficient plus important ? »
  • Sane, avec pragmatisme, se raccroche à l'intérêt général : « Et puis il y a les mots et la réalité. Notre but est-il d'avoir une maison qu'on pourra qualifier d'écologique ou de réduire notre empreinte sur la planète à notre manière, à notre mesure et à la mesure de nos moyens financiers ? »

Pour certains, l'isolation s'insère avant tout dans une démarche écologique :

  • Gil67 amène la notion de progrès partagé : « Globalement, si 1.000 maisons sont isolées avec le produit industriel et 10 avec un produit "écolo", le bilan sera en faveur du produit industriel. »
  • Dans ce sens, Ladenree considère que l'isolation est toujours écologique : « Dans mon esprit, l'isolant est TOUJOURS écologique puisqu'il va permettre de diminuer la consommation énergétique... »
  • Zarcobx émet la condition d'un bon usage de la maison : « Inutile de construire une maison "écologique" en bois-paille-terre-laine de mouton avec sa propre production et ses propres matériaux, si c'est pour tuer le bilan global en mangeant 2 steaks par jour et en faisant 50 km en bagnole pour aller au boulot (ex pris au hasard hein). »
  • Philou67 conclut en parlant plutôt d'acte écologique que d'isolation écologique : « Dans ce contexte, le "degré" d'écologie de l'acte d'isolation va se faire à deux niveaux : aller au-delà de la réglementation et choisir un isolant ayant le meilleur bilan écologique (au sens de son ACV et de l'ACV de la maison qu'il va équiper) ».
  • De ce point de vue, il distingue le neuf et la rénovation : « Un isolant en rénovation est toujours écologique puisqu'il s'agit d'une amélioration du bâti. En neuf, l'isolation est obligatoire. C'est donc la surisolation et le bilan ACV de l'isolant choisi qui déterminent du point de vue du maître d'œuvre, un plus écologique. »

Pour en savoir plus sur l’évolution de la réglementation :