Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Guédelon : construire un château comme au Moyen Âge Un petit groupe de passionnés a décidé de bâtir un château fort avec les techniques utilisées null

Le « mur-bahut » désigne à l'origine un muretmuret servant à supporter un élément architectural. Le terme nous vient du Moyen Âge, plus précisément de l'Art roman. Toujours d'actualité, on l'utilise en constructionconstruction et dans des textes relatifs au droit de l'urbanisme.

À l'époque romane, le bahut est un murmur bas qui porteporte les colonnes en arcades des cloîtres et couvents. L'architecture gothique a adapté le principe à ses édifices religieux, en l'étendant aux toiturestoitures par la même occasion. Dans son « Dictionnaire raisonné de l'architecture française du XIe au XVIe siècle », Eugène Viollet-le-Duc explique que l'on faisait reposer les sablièressablières sur des murets afin de protéger les chéneaux en pierre situés à la base des grands comblescombles

Le mur-bahut, élément de clôture 

En maçonnerie, le mot « bahut » s'applique au profil bombé de certains éléments, tel un couronnement de mur ou de parapet. Il fait écho à la forme arrondie des couvercles de coffres en usage du Moyen Âge au XVIIIe siècle. Le meuble du même nom en est une déclinaisondéclinaison. Quant à l'expression populaire synonyme d'établissement scolaire, il semblerait qu'elle se référait d'abord à l'École militaire de Saint-Cyr... De nos jours, on parle souvent de mur-bahut pour évoquer un muret surmonté d'une grille, d'un barreaudage ou de travéestravées de clôture. Afin de permettre leur fixation, son dessus n'est pas bombé mais plat.

Clôture en aluminium sur mur-bahut en pierre naturelle, hourdée au mortier, réalisé en soutènement d’un jardin en pente. © Lapeyre
Clôture en aluminium sur mur-bahut en pierre naturelle, hourdée au mortier, réalisé en soutènement d’un jardin en pente. © Lapeyre

Le mur-bahut est un choix fréquent en bordure de voie publique dans les petites, moyennes ou grandes agglomérations. Ses dimensions sont précisées pour les ouvrages de clôture dans les plans locaux d'urbanisme (PLU) ou les cahiers de recommandations architecturales des mairies. Dans un soucisouci d'harmonisation, certaines communes vont jusqu'à réglementer l'aspect du mur-bahut et de ses éléments de clôture : choix des matériaux de maçonnerie, palettes de teintes des grilles ou barreaux, etc. Dans la majorité des cas, le mur-bahut doit respecter une hauteur maximale de 50 à 80 cm (1 m au plus). La hauteur des éléments de clôture est généralement proportionnelle à la sienne.

Le saviez-vous ?

En l’absence de règles locales, les hauteurs à prendre en compte en limite de terrain sont celles fixées dans le Code civil.