De la Terre à la Lune, de Jules Verne, a inspiré le film Le Voyage dans la Lune de George Méliès. © mathiasdelcarmine, Adobe Stock
Sciences

De la Terre à la Lune

trajet direct en 97 heures 20 minutes
Jules Verne
LivreClassé sous :science-fiction , jules verne , roman de Jules Verne

Dans son roman De la Terre à la Lune, l'écrivain, Jules Verne, entreprend de nouveau la vulgarisation des avancées scientifiques de son temps, le XIXe siècle ; comme pour l'ensemble de son œuvre, il les relate sous forme de récits d'aventure, toujours distrayants et parfois fantaisistes. C'est le cas pour celui-ci qui est un roman d'anticipation, fort documenté et traitant aussi bien d'astronomie que d'artillerie. Les nouveaux aventuriers sont désormais les savants et les nouveaux héros, les ingénieurs. L'œuvre de Jules Verne est universelle et il est bon de rappeler qu'il est l'auteur le plus traduit dans le monde derrière Agatha Christie et devant Shakespeare.

Résumé du livre

Jules Verne - De la Terre à la Lune

Pendant la guerre fédérale des États-Unis, le Gun Club, composé d'Américains spécialistes de balistique, s'établit à Baltimore. Mais, le jour où la paix est signée, les membres du club se retrouvent désœuvrés de ne plus pouvoir pratiquer leur activité. C'est alors que Barbicane, le président du club, fait une annonce. Il a l'idée de mettre leurs capacités à profit dans le cadre d'une grande expérience digne du XIXe siècle : envoyer un boulet de canon sur la Lune. Ce projet est accueilli avec grand enthousiasme à travers toute l'Amérique qui s'intéresse soudainement au satellite de la Terre.

Alors, comment mettre ce projet à exécution ? Pour la partie astronomique, Barbicane s'adresse à l'observatoire de Cambridge. Il apprend ainsi que la Lune se présentera dans les conditions favorables pour son entreprise le 4 décembre de l'année suivante. Le projectile devra donc être lancé le 1er décembre afin de rencontrer le satellite de la Terre 4 jours plus tard. Sinon, il faudra attendre dix-huit ans et onze jours de plus pour mener à bien le projet. Pour le point de vue mécanique de l'entreprise, un comité d'exécution est nommé au sein du Gun Club afin de trouver les solutions adéquates au sujet du boulet, du canon et des poudres.

Si tout le pays est derrière Barbicane, un de ses ennemis de longue date s'oppose toutefois au projet. Il s'agit du capitaine Nicholl, originaire de Philadelphie. Si Barbicane est un grand fondeur de projectiles, Nicholl est quant à lui un grand forgeur de plaques. Lors de la guerre, ces deux savants s'opposaient donc continuellement dans leurs domaines respectifs. Nicholl décide de lancer publiquement à son adversaire une série de paris concernant le projet lunaire dans l'Enquirer de Richmond.

L'expérience du Gun Club doit se tenir à Tampa-Town en Floride. Le monde entier participe financièrement à l'exécution du projet. Après avoir récolté plusieurs millions de dollars, Barbicane signe un traité avec l'usine de Goldspring pour le transport à Tampa-Town du matériel nécessaire à la fonte du canon. Une fois sur place, Barbicane choisit la plaine de Stone's Hill pour réaliser l'expérience. Afin de pouvoir observer le projectile sur la Lune, l'observatoire de Cambridge construit un nouveau télescope sur les montagnes Rocheuses.

Le projet avançant, les foules se déplacent pour voir le fameux canon. Deux mois avant la date fatidique, Barbicane reçoit un télégramme d'un aventurier français appelé Michel Ardan où il est écrit « Remplacez obus sphérique par projectile cylindro-conique. Partirai dedans. Arriverai par stamer ». L'Européen arrive à Tampa-Town le 20 octobre. Si, au début, tous trouvent sa proposition fantaisiste, le public ne tarde pas à s'enthousiasmer pour le projet du Français. Lors de la conférence publique de Michel Ardan, un seul homme paraît sceptique : le capitaine Nicholl.

Mythologie

Dans De la Terre à Lune, la frontière entre fictif et réel est parfois mince. Revenons donc en détail sur certains des termes du roman.

  • Gun Club : club de balistique présidé par Barbicane. Le Gun Club a pour objectif de perfectionner des armes de guerre. Pour pouvoir entrer dans l'association, il faut avoir imaginé, ou au moins perfectionné, un canon ou une arme à feu. Les membres du club construisent des engins de guerre de plus en plus imposants et meurtriers. Ainsi, en moyenne, chaque membre du Gun Club a tué trois cent soixante-quinze mille hommes et une fraction en période de guerre.
  • Columbiad : le canon qui projette le boulet en direction de la lune s'appelle Columbiad. À l'origine, un canon Columbiad est un modèle américain de gros calibre. La pièce d'artillerie fictive de Jules Verne construite en fonte de fer pèse 68.040 tonnes. Elle mesure 900 pieds de longueur (soit 274 mètres), 9 pieds de diamètre intérieur (soit 274 centimètres). Ses parois font 6 pieds d'épaisseur (soit 183 centimètres).
  • Stone Hill : si la ville de Tampa existe réellement, ce n'est pas le cas du site Stone Hill qui a été imaginé par Jules Verne.

Analyse

Un roman visionnaire

Jules Verne a inventé cette histoire d'expédition vers la Lune dans la deuxième partie du XIXe siècle, soit bien avant la conquête lunaire. Une centaine d'années plus tard, la réalité dépasse la fiction lorsque Neil Armstrong pose le pied sur la Lune pour la première fois. La base de lancement de Cap Canaveral se trouve a à peine 200 km de celle imaginée par Jules Verne pour Columbiad. Le Module de Commande d'Apollo 11 est d'ailleurs appelé Columbia en référence au roman de Jules Verne.

De la Terre à la Lune est d'un réalisme scientifique impressionnant. Jules Verne y vulgarise les connaissances de l'époque en astronomie ainsi que les nombreuses innovations techniques dans le domaine de l'artillerie. Dans plusieurs chapitres, il détaille les récentes découvertes scientifiques au sujet de la Lune. Pour la précision des calculs décrits dans le roman, il se fait aider par son cousin mathématicien Henri Garcet, collaborateur de Joseph Bertrand.

Dans Autour de la Lune publié en 1869, Jules Verne nous apprendra enfin ce que deviennent les explorateurs spatiaux que nous avons laissés dans l'espace.

Une analyse de

Rédactrice