Les Houches et la vallée, près de Chamonix. C'est là où Cécile DeWitt-Morette a fondé son école, lieu de rencontres entre étudiants et grands scientifiques internationaux.. © as_trofey, Fotolia

Sciences

L'école des Houches, en Haute-Savoie, pépinière de prix Nobel, est orpheline

ActualitéClassé sous :physique

-

La physicienne et mathématicienne française Cécile DeWitt-Morette vient de décéder à l'âge de 94 ans. Plusieurs prix Nobel se souviennent avec reconnaissance de l'École de physique des Houches qu'elle a fondée en 1951 et qui a joué un rôle important dans leur formation de jeunes chercheurs.

Quel est le point commun entre Pierre-Gilles de Gennes, Georges Charpak et Claude Cohen-Tannoudji, mis à part le prix Nobel de physique ? Réponse : ils ont tous été étudiants dans les années 1950 et 1960 à l'École de physique des Houches, en Haute-Savoie, comme une vingtaine d'autres chercheurs qui sont également devenus des prix Nobel par la suite. La fondatrice de cette pépinière de cerveaux de premier plan, la physicienne et mathématicienne française Cécile DeWitt-Morette, vient de décéder le 8 mai 2017 à l'âge de 94 ans.

Les Houches, c'est un véritable mythe qui a joué un rôle majeur dans la reconstruction de la recherche scientifique aussi bien en France qu'en Europe après-guerre avec, chaque été depuis 1951, deux écoles d'une durée de quatre à cinq semaines. Elles permettent à de jeunes chercheurs doués, en thèse ou en post-doc, de rencontrer des leaders de leur domaine de recherche et d'apprendre d'eux les derniers développements qu'il est nécessaire de connaître pour prendre part au front de la recherche. Dès ses débuts, les Houches ont attiré de grands noms, comme Freeman Dyson qui connaissait bien Cécile DeWitt-Morette depuis leur rencontre à Princeton dans les années 1940, mais aussi Enrico Fermi et Wolfgang Pauli.

Kip Thorne, Richard Feynman, Murray Gell-Mann aussi bien que John Bardeen, Evry Schatzman et Stephen Hawking y donneront des cours sans oublier bien sûr l'époux de Cécile DeWitt-Morette, le légendaire Bryce Seligman DeWitt. Décédé en 2004, le physicien était un pionnier de la gravitation quantique, de la théorie des champs de jauge et de la théorie des univers multiples, surtout connu avec John Wheeler pour sa découverte de l'équation fondamentale de la cosmologie quantique, l'équation de Wheeler-DeWitt.

Un reportage de FR3 sur l'école des Houches avec Cécile DeWitt-Morette. © Ina

De la physique des neutrons avec Joliot-Curie à l'intégrale de Feynman

Cécile DeWitt-Morette est née à Paris en 1922 mais c'est en Normandie qu'elle a commencé ses études scientifiques à l'université de Caen où elle a décroché une licence en 1943. Juste après-guerre, elle va faire partie de cette jeune génération de physiciens français qui, comme Albert Messiah, s'exilent, frustrés par le retard pris par la France en physique théorique et largement restée à l'écart de la révolution quantique, à part quelques grands noms, Louis de Broglie ou Léon Brillouin.

Comme elle l'a raconté dans plusieurs textes autobiographiques, Cécile DeWitt-Morette va bénéficier de conditions exceptionnelles durant plusieurs années lorsque Joliot-Curie lui permet de partir combler ses manques à l'étranger où elle aura la chance de rencontrer Paul Dirac, Erwin Schrödinger et d'être invitée à Princeton par Robert Oppenheimer lui-même. C'est en partie pour cette raison qu'elle va se démener, une fois rentrée en France, pour créer les Houches. Elle entendait ainsi faire profiter les jeunes physiciens européens des mêmes opportunités qui lui ont permis d'atteindre les frontières de la recherche de la fin des années 1940, marquées par les avancées de la physique nucléaire et de l'électrodynamique quantique. Devant le succès des Houches, d'ailleurs, d'autres thèmes de recherches se développeront au cours des années. L'école s'ouvrira à des domaines périphériques, comme les mathématiques, les sciences de la terre, la chimie ou la biologie, en plus de disciplines déjà présentes dans les années 1960 comme l'astrophysique et la physique du solide.

Dans le domaine de la recherche scientifique elle-même, Cécile DeWitt-Morette est surtout connue pour ses travaux sur la fameuse intégrale de chemin de Feynman qui donne bien du fil à retordre aux mathématiciens qui cherchent à l'établir sur des bases rigoureuses. Or, c'est un outil très versatile et très important à la base de la physique moderne puisqu'il permet notamment de reformuler les bases de la théorie quantique et qui se montre d'une extrême puissance en théorie quantique des champs. Hawking l'a par exemple utilisée pour construire son célèbre modèle sans bord en cosmologie quantique avec James Hartle.

Cécile DeWitt-Morette est aussi connue pour un célèbre traité de physique mathématique Analysis, Manifolds and Physics, qu'elle a co-écrit avec la mathématicienne et spécialiste de la relativité générale Yvonne Choquet-Bruhat et avec Margaret Dillard-Bleick. C'est une bible dans le domaine de la géométrie et de l'analyse pour tous les chercheurs confrontés à des problèmes de théorie quantique des champs en espace-temps courbes, de la physique des trous noirs à celle des supercordes.

  • L'École de physique des Houches a joué un rôle majeur dans l'éducation de presque 30 prix Nobel de physique et de bien d'autres chercheurs depuis 1951.
  • Sa fondatrice, la physicienne et mathématicienne Cécile DeWitt-Morette, à qui l'on doit des travaux importants sur l'intégrale de chemin de Feyman (qui a permis le développement du Modèle standard en physique des particules) vient de décéder à l'âge de 94 ans.