Traitement contre l'insomnie : les Français sont les champions du monde des hypnotiques ! © amenic181, fotolia

Santé

Quel traitement contre l'insomnie ?

Question/RéponseClassé sous :effet du sommeil sur la santé , Sommeil , insomnie

Si la sensation d'insomnie est la même pour tout le monde, sa genèse et son installation sont plus complexes qu'il n'y paraît. Il n'existe pas une insomnie, mais des insomnies. Et pour chacune... son traitement.

Voici deux catégories distinctes de traitements visant à réduire l'insomnie.

La phytothérapie et l'homéopathie pour aider à trouver le sommeil ?

Pour une insomnie légère et surtout passagère, la phytothérapie et l'homéopathie peuvent être un recours. Apparemment utiles chez certaines personnes, leur efficacité n'a jamais été prouvée scientifiquement. Leur utilisation traditionnelle leur sert d'évaluation, et leur relative innocuité de brevet de bonne conduite...

Contre l’insomnie : quid des hypnotiques ?

Nous entrons-là dans une catégorie beaucoup plus sérieuse. Ces produits dont les Français abusent — ils détiennent le titre peu enviable de recordmen du monde de leur consommation — sont utilisés pour soulager l'anxiété et l'insomnie sévère. Rien à voir donc avec la tisane de tilleul ou de camomille.

Sans aucun doute efficaces pour s'endormir, ces médicaments le sont en fait trop. Ils assomment le consommateur... sans pour autant « traiter » les causes de son insomnie. Ils sont également à l'origine de réveils difficiles et de somnolences diurnes susceptibles de provoquer des chutes. Et puis surtout, les risques de dépendance sont particulièrement élevés. Il y a en France, près de trois millions de personnes « accros » à ces médicaments.

Une seule famille d'hypnotiques paraît sortir du lot : il s'agit des traitements à base de mélatonine. Cette hormone sécrétée naturellement par notre organisme joue un rôle central dans la régulation de notre sommeil. Sa production naturelle baisse avec l'âge et peut devenir très insuffisante après 55 ans. Son utilisation sous une forme dite à libération prolongée, qui en assure la distribution durant une grande partie de la nuit, permet un sommeil plus naturel sans réveil laborieux. Et sans accoutumance.

Cela vous intéressera aussi

L'étonnant sommeil des autruches  Les autruches ont leur façon bien à elle de dormir. On n'observe pas l'alternance classique de longues phases bien marquées. Des périodes courtes d’éveil (wake), de sommeil profond (SWS) et paradoxal (REM) s’enchaînent. © Lesku et al., Plos One