L'Homme moderne, malgré ses nombreuses distractions, numériques ou autres, dormirait plus que l’Homme préhistorique. © Jonathan Ball, Flickr, CC by-nc-nd 2.0

Santé

Sommeil : nos nuits seraient plus longues que celles de nos ancêtres

ActualitéClassé sous :Sommeil , chasseur-cueilleur , insomnie

Contrairement aux idées reçues, les longues nuits de sommeil seraient l'apanage des habitants des sociétés industrielles modernes. À l'image des peuples de chasseurs-cueilleurs actuels, nos ancêtres préhistoriques ne devaient pas dormir plus que nous.

Vous dormez mal ? N'accusez pas trop vite les écrans de la société moderne. Des chercheurs ont analysé le sommeil de personnes vivant dans des régions rurales reculées d'Afrique et d'Amérique du Nord pour le comparer à celui des Occidentaux. Les habitants de ces peuples dorment un peu moins de 6,5 heures par nuit en moyenne. En comparaison, le temps de sommeil est généralement de sept à huit heures dans les sociétés industrielles.

« Nous constatons que, contrairement à beaucoup de croyances, il est très probable que nous ne dormions pas moins que nos lointains ancêtres », a déclaré l'auteur principal de l'étude, Jerome Siegel, chercheur du sommeil à l'université de Californie (Los Angeles), cité par le site spécialisé LiveScience. Il semblerait donc que, malgré les smartphones et l'omniprésence des écrans, nous ne veillions pas plus aujourd'hui qu'à l'époque préhistorique. Pour arriver à ce résultat, les chercheurs se sont intéressés aux habitudes de différents peuples de chasseurs-cueilleurs de Tanzanie, de Namibie et de Bolivie. Pour les scientifiques, les habitudes de ces peuples reflètent le comportement humain préhistorique. Ils ont aussi remarqué que, malgré les différences dans leur histoire et leur environnement, tous ces Hommes avaient des habitudes de sommeil semblables.

Les chasseurs-cueilleurs souffrent rarement d'insomnie. © Soaring Flamingo, Flickr, CC by-nd 2.0

Une durée du sommeil liée à la température

Les chercheurs ont en revanche constaté que l'insomnie était plus rare dans les époques lointaines que de nos jours. Elle touche aujourd'hui 20 % des personnes aux États-Unis à un moment de leur vie. L'étude révèle qu'elle concernerait seulement 1,5 à 2,5 % des chasseurs-cueilleurs plus d'une fois par an.

Jerome Siegel précise que ces peuples allaient dormir un peu plus de trois heures après le coucher du soleil. Le soir, ils s'occupaient de préparer le repas, de manger et de prévoir la journée du lendemain. Ils se réveillaient avant le lever du soleil.

Pour eux, le temps de sommeil est corrélé à la température : ils dorment une heure de plus l'hiver que l'été. « Dans les conditions naturelles, les humains dorment plus quand la température baisse », souligne le chercheur. Mais, pour les populations postindustrielles, la durée du sommeil au cours des saisons ne diminue pas « puisque nous pouvons baisser la température pendant la nuit », précise-t-il. Selon Siegel, la vie moderne a « presque complètement éliminé [ce] régulateur majeur du sommeil ». Afin de lutter contre l'insomnie, les chercheurs estiment donc qu'il pourrait être intéressant de mettre en place certaines installations imitant les conditions naturelles, comme la température. La modification de l'environnement du dormeur pourrait ainsi aider à contrôler plus efficacement le sommeil que n'importe quel médicament.

Les conclusions de cette étude sont en ligne, depuis le 15 octobre, dans la revue Current Biology.