Chlamydomonas nivalis n’est pas la seule algue microscopique pigmentée qui se développe dans la neige. D’autres algues peuvent y apporter une couleur, comme Ancylonema (pourpre), Raphidium, Chlorella et Pleurococcus (vert) et Scotiella nivalis (jaune). © Gédéon Programmes

Planète

En vidéo : l’algue des neiges se dévoile aux grimpeurs du tour

ActualitéClassé sous :botanique , Tour de France , tour de France de la biodiversité

Les cyclistes de la Grande Boucle s'apprêtent à conquérir l'Alpe d'Huez. Cette étape mythique est l'occasion de découvrir la biodiversité des montagnes alpines, et notamment l'algue des neiges, le « sang des glaciers », une espèce essentielle aux écosystèmes de haute altitude.

Parfois, les glaciers deviennent rouges, pourquoi ?  À plus de 3000 m d'altitude, la neige se colore parfois en rouge. Cet étrange phénomène est dû à un organisme qui affectionne particulièrement le froid. Découvrez cette algue surprenante en vidéo, avec l'aide du Muséum national d'histoire naturelle. 

À l'occasion des dix ans de l'inventaire national du patrimoine naturel, le Muséum national d'histoire naturelle (MNHN) collabore avec le Tour de France pour faire découvrir au public quelques merveilles emblématiques de la nature française. En ce jeudi 18 juillet, ce tour de France de la biodiversité accompagne les grimpeurs en haut de l'Alpe d'Huez. Cette 18e étape promet d'être l'une des plus impressionnantes de la 100e édition de cette course mythique. Après un départ donné à Gap, les coureurs se chaufferont les mollets lors de la double ascension des 21 virages de l'Alpe d'Huez, entrecoupée d'une descente à couper le souffle qui traversera le barrage du Chambon. Un programme séduisant qui attirera probablement de très nombreux spectateurs.

Une fois au pied du glacier alpin, les cyclistes apercevront peut-être de curieuses taches rouges semblables à du sang, nichées au cœur de la neige d'une blancheur immaculée. Ces marques ne sont pas l'empreinte d'un crime, mais révèlent la présence de l'algue des neiges, plus communément appelée sang des glaciers.

Les algues des neiges, aussi surnommées « sang des glaciers », se développent en haute altitude. Lorsque les températures baissent, les spores enfouies sous la neige germent et se dirigent vers la surface d'eau liquide. Leur couleur provient d'un pigment rouge qui les protège contre les rayons ultraviolets et contre le gel. © Petr Jan Juračka, Fotopedia, cc by nc 3.0

Maillon essentiel aux écosystèmes d’altitude

L'algue des neiges Chlamydomonas nivalis est une espèce d'algue verte unicellulaire qui raffole des conditions extrêmes et se développe dans la neige, à haute altitude. En plus de la chlorophylle, elle contient un pigment rouge de type caroténoïde qui lui donne sa couleur rougeâtre caractéristique. Cette pigmentation la protège des rayons ultraviolets et absorbe la chaleur, ce qui crée une pellicule liquide protectrice contre la glace.

Pendant la période hivernale, les algues forment des spores résistantes, qui mesurent de 20 à 30 µm et peuvent se retrouver enfouies sous la neige jusqu'à 25 centimètres de profondeur. Lorsque les conditions météorologiques deviennent plus favorables, les spores se mettent à germer et donnent naissance à de petites algues munies d'un flagelle. Ce petit appendice leur permet de rejoindre la surface en remontant à contre-courant dans l'eau de fonte. Les algues peuvent alors se reproduire et former de nouvelles spores.

Ainsi, contrairement à ce que l'on pourrait penser, la fine pellicule d'eau qui recouvre les glaciers forme de véritables écosystèmes. Les algues microscopiques constituent le premier maillon d'une chaîne alimentaire complexe constituée de protozoaires, de vers, d'insectes et d'oiseaux. Retrouvez l'intégralité des vidéos sur le site du Muséum national d'histoire naturelle.