Les loutres d'Europe sont des animaux territoriaux et solitaires, ils ne vivent en couple qu'au moment du rut. © Gédéon Programmes

Planète

En vidéo : la loutre d’Europe star de la 13e étape du Tour de France

ActualitéClassé sous :zoologie , tour de France de la biodiversité , Tour de France

Longtemps menacée, la loutre d'Europe fait son grand retour depuis quelques années, notamment dans les Pays de la Loire. Les coureurs de la 13e étape du Tour de France auront peu de chance de voir ce mammifère semi-aquatique, mais cela n'empêche pas le Muséum national d'histoire naturelle de le mettre à l'honneur lors de son tour de France de la biodiversité.

Le come-back de la loutre d’Europe  Après avoir failli disparaître, la loutre d’Europe se réapproprie progressivement les berges des cours d’eau français, comme dans les Pays de Loire. Le Tour de France de la biodiversité nous présente ce charmant mammifère. © Gédéon, MNHN 

Ce vendredi 12 juillet, pour la 13e étape de ce 100e Tour de France, les cyclistes s'élanceront de Tours, une ville d'art et d'histoire située sur les berges de la Loire. Par ailleurs, l'année 2013 voit aussi l'Inventaire national du patrimoine naturel (INPN) fêter ses dix ans. Pour marquer cet événement, le Muséum national d'histoire naturelle (MNHN) et France Télévisions ont réalisé autant de films qu'il y a d'étapes cyclistes pour présenter des animaux et végétaux emblématiques de notre belle contrée. Pays de la Loire oblige, aujourd'hui, dans ce tour de France de la biodiversité, nous parlerons de la loutre d'Europe (Lutra lutra).

Bien sûr, les spectateurs, comme les coureurs, auront peu de chance d'en apercevoir puisque ces mammifères sont devenus crépusculaires et nocturnes en France. Ainsi, ils passent leurs journées à se reposer dans l'un des catiches (ou abris) disposés le long de leur territoire. Ils peuvent en posséder plusieurs dizaines, tant sont étendues leurs zones de vie. Certains mâles peuvent s'approprier jusqu'à 40 km de berges en les marquant avec de l'urine ou de l'épreinte, autrement dit des fèces.   

La loutre d'Europe (Lutra lutra) peut mesurer jusqu'à 1,3 m à l'âge adulte, pour un poids de 6 à 11 kg. © Javier Medina M., Flickr, cc by nc sa 2.0

La loutre : une espèce protégée qui a failli disparaître

Ce mustelidé  semi-aquatique a bien failli disparaître au siècle dernier, notamment car les pêcheurs le considéraient comme un concurrent. Eh oui, la loutre d'Europe se nourrit principalement de poissons, elle est donc piscivore, mais son opportunisme la pousse parfois à consommer des mollusques, amphibiens ou autres. Lutra lutra a également été chassée pour sa fourrure et sa graisse, avant d'être finalement protégée dès 1976. Depuis, sa population se remet doucement. Pour l'UICN, l'espèce reste cependant « quasi menacée ». En 2012, les spécialistes estimaient entre 600 et 1.000 le nombre de loutres peuplant la Bretagne

Il existe une quinzaine d'espèces de loutres réparties en sept genres dans le monde. Cependant, Lutra lutra est le seul représentant des lutrinés en France, ce qui facilite son identification. Toutefois, il devient parfois difficile de la reconnaître lorsqu'elle est à l'eau car, pour un œil non averti, elle ressemble alors à un ragondin (Myocastor coypus) ou à un castor (Castor fiber). Demain, tandis que les coureurs du Tour de France traverseront l'Auvergne, nous découvrirons un autre organisme emblématique, mais de la flore cette fois-ci : le hêtre commun (Fagus sylvatica).

Retrouvez l'intégralité des vidéos sur le site du Muséum national d'histoire naturelle.