Mots-clés |
  • médecine,
  • molécule,
  • Santé,
  • cancer
Aliments : une source de produits dangereux ?

Nos aliments contiennent-ils des molécules dangereuses pour notre santé ? Futura-Sciences décortique les effets des différentes substances qui suscitent les interrogations des scientifiques et des consommateurs.

Page 6 / 15 - Pesticide : du diflubenzuron dans le saumon ? Sommaire
PDF

Le diflubenzuron est un pesticide couramment utilisé en agriculture, mais pas seulement. Il est aussi donné à manger aux poissons d’élevage pour lutter contre les poux et même dissout dans l’eau potable pour éviter la multiplication des moustiques vecteurs de maladies. Est-il dangereux ?

 
Le diflubenzuron est un benzamide (carbone en noir, hydrogène en blanc, oxygène en rouge, azote en bleu, fluor en jaune, chlore en vert). Ce pesticide est largement utilisé. © CCoil, Wikimedia, GFDL 1.2

Le diflubenzuron est un insecticide de la classe des benzamides, qui a pour formule chimique C14H9ClF2N2O2. Il agit comme un inhibiteur de la fabrication de la chitine, la molécule complexe qui forme l’exosquelette des insectes. L’usage du diflubenzuron est autorisé en France pour lutter contre différents insectes, notamment les papillons (carpocapses, bombyx). Est-il aussi toxique pour l’Homme ?

L'effet du diflubenzuron sur la santé humaine

Selon un rapport de l’OMS, le diflubenzuron est considéré comme très peu toxique, la dose létale 50 (la dose causant la mort de 50 % des animaux) chez la souris étant supérieure à 4,5 grammes par kilogramme de poids corporel. Suivant les études réalisées sur les animaux (souris, chien, rat, lapin), aucun indice ne permet de supposer que la substance soit génotoxique ou carcinogénique. Elle n’est pas non plus fœtotoxique ni tératogénique (ne provoque pas de malformations congénitales), et n’aurait pas d’effet sur la reproduction. Les jeunes animaux ne seraient pas plus sensibles que les adultes.

Toutefois, elle provoque un léger effet hématologique. Par un moyen encore inconnu, elle provoque une augmentation de la concentration sanguine en méthémoglobine (un dérivé de l’hémoglobine). La dose journalière acceptable pour l’Homme est de 0,02 milligramme par kilogramme (suivant la NOAEL, ou dose maximale sans effet, estimée à 2 milligrammes par kilogrammes). La détermination d’une dose de toxicité aiguë n’a pas été considérée comme nécessaire par le JMPR (Joint FAO/WHO Meeting on Pesticide Residues).


Le saumon atlantique d’élevage ne contiendrait pas des doses élevées du pesticide diflubenzuron. © Flying Penguin, Wikimedia, domaine public

Le diflubenzuron dans le saumon d’élevage ?

Le diflubenzuron est administré aux saumons atlantiques d’élevage pour lutter contre les poux (Lepeophteirus salmonis). La dose recommandée (3 milligrammes par kilogramme de poisson par jour pendant 14 jours) est administrée par voie orale, par des granules jetés dans l’eau. Selon certaines études résumées dans un rapport de l’Agence européenne des médicaments (EMEA), l’administration de 333 fois la dose recommandée en 1 fois, ou de 33 fois la dose pendant 21 jours n’aurait pas d’effet sur la santé des poissons.

Si les doses recommandées sont bien appliquées dans les élevages, ainsi que les délais avant la vente des poissons traités (100 jours) pour permettre l’élimination de la molécule de la chair du poisson, il ne reste alors que moins de 50 microgrammes de diflubenzuron par kilogramme de poids total de poisson. Sa consommation ne dépasse alors pas les limites recommandées et reste sans danger pour l’Homme.

Le diflubenzuron dans l’eau ?

Le diflubenzuron étant un insecticide, il peut aussi être utilisé dans les zones à risque pour lutter contre les moustiques vecteurs du paludisme ou de la dengue. Ainsi, l’OMS recommande de le dissoudre dans l’eau potable (à raison de 0,25 gramme par litre) pour tuer les larves qui se développent dans les points d’eau stagnante. Pour un adulte de 60 kilogrammes qui boit 2 litres de cette eau par jour, la dose journalière acceptable n’est pas dépassée. Pour les enfants de moins de 10 kilogrammes qui boivent un litre d’eau, la dose est alors légèrement supérieure à celle recommandée. « Pourtant, dépasser les doses journalières acceptables ne résultent pas forcément en des effets indésirables », explique un rapport de l’OMS (2008). Le diflubenzuron ne serait donc pas si dangereux pour la santé.

Respect des règles européennes

Suite à la diffusion d’un reportage télévisé concernant les élevages de saumon en Norvège et l’utilisation abusive de diflubenzuron qui mène à l’apparition de poissons « monstres », Lisbeth Berg-Hansen, la ministre norvégienne de la Pêche et des affaires côtières, se veut rassurante. Les conditions d’utilisation du pesticide seraient conformes aux règlementations communautaires (respect du règlement 37/2010 de la commission du 22 décembre 2009 relatif aux substances pharmacologiquement actives et à leur classification en ce qui concerne les limites maximales de résidus dans les aliments d’origine animale).

Aliments : une source de produits dangereux ? - 2 Photos

Sur le même sujet

Vos réactions

Chargement des commentaires