Tech

La télécommande fête... ses 60 ans !

ActualitéClassé sous :technologie , télécommande , téléviseur

En 1955, le fabricant américain Zenith présente un curieux boîtier. Il permet de changer de chaîne depuis son canapé et même de couper le son pendant les publicités. Seul problème : il gêne les chiens.

Selon une étude Logitech, 51 % des Français possèdent désormais au moins quatre télécommandes. © Supertrooper

La télécommande souffle cette année ses 60 bougies. Le principe de gestion télécommandée d'appareils ou de véhicules remonte en fait à plus d'un siècle : l'inventeur Nicolas Tesla avait déposé des brevets dès 1898 ! La télécommande moderne est cependant apparue en 1950. L'invention fut signée par Zenith Radio Corporation, un fabricant américain de téléviseurs.

60 ans d'avancées techniques

Baptisée Lazy Bones (« flemmard » en français), la première télécommande grand public de l'histoire permettait alors de changer de programme sans quitter son canapé. Une révolution à cette époque. Le petit module en question était toutefois relié au poste par un fil.

Cinq ans plus tard, en 1955, la même société met au point la première télécommande sans fil, nommée Flash-Matic. Développée par Eugene Polley, ce module à l'aspect de pistolet d'arrosage, émettait un faisceau lumineux vers un capteur installé sur le téléviseur. Il fallait donc bien viser...

Un an plus tard, le prolifique ingénieur Robert Adler (1913-2007) perfectionna l'invention de son collègue en utilisant un procédé à ultrasons hautes fréquences, inaudibles par l'homme, mais dérangeant pour les animaux domestiques. La marque sort donc en 1956 la télécommande Space Command. Il devenait alors possible de changer de chaîne ou régler le volume depuis son fauteuil, mais aussi de pouvoir couper le son pendant les annonces publicitaires.

La télécommande Space Commander, présentée en 1956. Elle commande le téléviseur sans y être reliée par le moindre fil ! La liaison est réalisée par des ultrasons, inaudibles pour l'oreille humaine mais qui surprennent les chiens. © DR

Trop de touches sur ma zapette

Bien que coûteuse au départ, la Space Command constitua une véritable avancée électronique très appréciée des téléspectateurs aux États-Unis. Son principe fut rapidement adopté par tous les autres fabricants. En France, les téléspectateurs n'en avaient guère besoin. Ils ne pouvaient alors regarder qu'une unique chaîne et n'avaient pas à couper le son pendant les pubs : jusqu'en 1968, la « réclame » se limite à la promotion de services publics ou de produits bons pour la santé (ou l'économie nationale), comme les petits pois.

Fonctionnant désormais grâce à une diode infrarouge, la télécommande sert aujourd'hui à piloter aussi bien un téléviseur qu'un lecteur de DVD, une chaîne hi-fi, un décodeur ou un ordinateur. Les « télécommandes universelles » permettent même de gérer plusieurs appareils. Elles devront bientôt servir à surfer sur le Web sur les téléviseurs connectés à Internet et se passeront peut-être un jour de piles.

À l'occasion du 60e anniversaire de la télécommande, la société Logitech, spécialisée dans les périphériques high-tech, publie une étude sur l'usage du fameux boîtier. En France, 18 % des téléspectateurs interrogés disent préférer se passer de relations sexuelles pendant un mois plutôt que de renoncer au contrôle de leur zappette. La même proportion (18 %) préfère ne pas se brosser les dents plutôt que de laisser une autre personne utiliser leur télécommande.

Cette étude réalisée par le cabinet Wakefield Research montre par ailleurs que 51 % des Français possèdent désormais au moins quatre télécommandes, soit deux fois plus qu'il y a cinq ans (20 %).Toutefois, dans plus d'un foyer français sur cinq, au moins une personne ne comprend pas comment fonctionne la télécommande, et 95 % des sondés aimeraient que leur télécommande puisse piloter la totalité des appareils de divertissement à l'aide d'une seule touche.

Cela vous intéressera aussi