Haut de quatre mètres, ce robot qui ressemble à un jouet, réalisé par une entreprise sud-coréenne, est inspiré des exosquelettes géants du film Avatar. Il pourrait permettre de progresser dans des endroits dangereux, argumentent ses créateurs.
Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Un avatar robotique piloté par exosquelette Voici Hermes, un robot développé par le MIT. Il est capable de se déplacer et d’agir en milieux hostiles. Cet avatar piloté à distance par un exosquelette fait preuve d’une force et d’une précision étonnante, comme on peut le voir dans cette vidéo.

Il a l'airair un peu gauche. Il ressemble un peu trop aux produits dérivés des films Transformers. Il doit rester accroché à une poutrepoutre pour ne pas tomber. Mais il a fait ses premiers pas. Le fabricant de robots sud-coréen Hankook Mirae Technology est heureux de nous présenter les premiers pas de son gros bébé Method-2.

Parmi ses créateurs figure Vitaly Bulgarov, qui a participé à la conception des robots de la série Transformers. La ressemblance avec des jouets pour enfants n'est donc pas un hasard. D'après ses concepteurs, Method-2 pèse 1,5 tonne et se commande de l'intérieur, les bras de 130 kgkg chacun suivant les mouvementsmouvements de ceux du pilote. Il s'agit d'une sorte de chimèrechimère combinant un véhicule bipède, un robotrobot et un exosquelette.


Le robot de quatre mètres, piloté de l’intérieur, fait ses premiers pas, prudemment arrimé à une poutre au-dessus de lui. © Serba Keren, YouTube

Method-2 sera-t-il bientôt en vente ?

Pour l'instant, l'alimentation provient visiblement d'un câble qui le relie aussi à des ordinateursordinateurs. Method-2 est donc encore loin de sortir de son hangar de la banlieue de Séoul. Ce robot anthropoïde, cependant, est sans doute davantage qu'un caprice d'ingénieurs ou du patron de l'entreprise, Yang Jin-Ho, qui, enfant, rêvait de fabriquer des robots. Le projet, selon la société, aurait déjà coûté 242 milliards de won, soit plus de 190 millions d'euros.

Par la voix de son PDG, Hankook Mirae Technology espère le faire marcher « librement » d'ici environ deux ans mais annonce une commercialisation dès la fin de 2017, au prix de huit millions d'euros pièce. Ce qui peut laisser songeur.