Tech

Un maillot de bain connecté pour éviter les coups de soleil

ActualitéClassé sous :technologie , objets connectés , vêtements intelligents

Gadget ou pas ? Non, affirme Spinali Design, jeune entreprise française conceptrice d'une gamme de maillots de bain pour femmes taillés sur mesure qui intègrent un capteur de rayons ultraviolets. Quand la dose reçue devient dangereuse, le smartphone sonne. Les commentaires sont partagés.

La start-up française Spinali design commercialise ce qu’elle présente comme les premiers maillots de bains connectés en Europe. Destinés aux femmes, les bikinis intègrent un capteur d'ensoleillement étanche qui délivre un message instantané sur le smartphone de l’utilisatrice l’invitant à remettre de la crème solaire en fonction de son type de peau. © Spinali Design
La start-up française Spinali design commercialise ce qu’elle présente comme les premiers maillots de bains connectés en Europe. Destinés aux femmes, les bikinis intègrent un capteur d'ensoleillement étanche qui délivre un message instantané sur le smartphone de l’utilisatrice l’invitant à remettre de la crème solaire en fonction de son type de peau. © Spinali Design
 

Après la brosse à dents ou les chaussures de sport, le maillot de bain devient à son tour « connecté » : c'est le pari d'une PME de Mulhouse, dont les bikinis munis d'un capteur solaire préviennent par smartphone leur propriétaire qu'elle doit s'enduire de crème solaire. « L'idée m'est venue tout simplement, un jour où j'ai vu quelqu'un prendre un coup de soleil sur la plage », explique Marie Spinali. Depuis la mi-mai, la start-up qu'elle dirige, Spinali Design, commercialise cette innovation à partir de son site web.

« Je me suis dit après tout, il existe bien des pots de fleurs qui préviennent quand les plantes ont soif, il faudrait donc inventer quelque chose pour avertir quand le soleil tape trop fort », ajoute la jeune femme, qui espère vendre cette année un millier de ces maillots de bain d'un nouveau genre, entièrement « made in France », et proposés pour le moment uniquement aux femmes.

Sur le bikini, un produit haut de gamme (150 euros) et fabriqué sur mesure, est attaché un petit capteur noir étanche qui mesure le rayonnement des ultraviolets. L'information est transmise au smartphone ou à la tablette de l'utilisatrice, qui aura auparavant précisé son type de peau et son niveau de bronzage. Munie de toutes ces données, l'application n'a plus qu'à déclencher une « alerte crème solaire »... laquelle peut même être envoyée au smartphone d'un tiers, à charge pour lui d'enduire de crème sa dulcinée.

Les rayons ultraviolets du soleil sont la première cause de cancer de la peau. Les médecins recommandent de se protéger avec une crème solaire à haut indice de protection. © georgeparrilla, Flickr, cc by 2.0

Bientôt une collection pour les hommes et les enfants

« Ce n'est pas un gadget », assure Marie Spinali, soulignant que « lorsque les gens pensent à se mettre de la crème, souvent il est trop tard, ils ont déjà pris des coups de soleil ». Pour le docteur Claudine Blanchet-Bardon, vice-présidente du Syndical national des dermatologues« la démarche est intéressante, car tout ce qui peut prévenir les gens contre l'exposition aux UV est bon à prendre ».

Cependant, « le fait que ce soit un bikini, ça ne va pas, ça n'envoie pas le bon message. Car la meilleure protection contre le soleil c'est de ne pas trop s'exposer, et de garder des vêtements », ajoute la spécialiste, qui organise chaque année une journée de prévention contre les cancers de la peau. Pour l'heure, le capteur n'est pas à proprement parler intégré au maillot de bain : quand l'utilisatrice veut bronzer sur le ventre, elle doit le détacher et le poser sur sa serviette.

« Des capteurs UV reliés à une appli mobile, ce n'est pas vraiment nouveau ni révolutionnaire », commente Yves-Marie Boulvert, journaliste pour le site spécialisé ObjetConnecté.net. Pour autant, « dans son principe l'objet peut être intéressant, car il répond à un besoin. Mais le prix est trop élevé », tranche le spécialiste.

Pour l'avenir, les concepteurs du projet rêvent de passer à l'étape suivante : « Nous travaillons avec des chercheurs en nanotechnologies du Commissariat à l'énergie atomique de Grenoble pour développer des capteurs miniaturisés, qui seraient complètement intégrés dans le textile », indique Marie Spinali. Des modèles pour hommes devraient suivre, ainsi que pour enfants, avec fonction de géolocalisation, pour retrouver les bambins égarés sur la plage.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi