Tech

Le Trés Haut Débit en fibre optique bientôt dans six villes françaises

ActualitéClassé sous :Tech , ADSL , haut débit

-

Didier Lombard, PDG de France Télécom, a annoncé au cours d'une conférence de presse le 17 janvier 2006 le lancement d'un "pilote Trés Haut Débit" auprès des clients de 6 villes des Hauts-de-Seine et de 6 arrondissements de Paris. Cette expérimentation, qui se déroulera avant l'été 2006, s'appuiera sur un réseau de desserte en fibre optique déployé jusqu'au domicile du client et concernera quelques milliers de foyers. A l'issue de cette première phase, de nouveaux pilotes seront lancés, en 2007, dans d'autres agglomérations et pays.

Le Trés Haut Débit en fibre optique bientôt dans six villes françaises

L'offre qui sera proposée dans le cadre du pilote comprend la TV en qualité Haute Définition, la téléphonie illimitée et un accès Internet Très Haut Débit. Les clients du pilote se verront également proposer, pour la somme de 80 euros par mois, un grand nombre de services innovants à tester : la TV Haute Définition sur un ou plusieurs postes (très haute qualité d'image), la consultation de programmes TV interactifs, l'usage de la téléphonie sur IP et de la visioconférence dans des conditions optimales, le téléchargement instantané et la consultation de vidéos sur PC, sur une ou plusieurs télévisions, l'écoute de musique haute qualité, l'amélioration des services album photo, le développement de blogs vidéos, la consultation de si tes commerciaux électroniques dans des conditions de rapidité et d'affichage inégalées, le stockage sécurisé des données, la création de nouveaux jeux.

Plus que l'annonce d'un investissement, modeste, c'est l'annonce par France Telecom d'un choix technologique, celui de la fibre optique, déployée jusqu'à l'abonné, et qui succcédera aux technologies xDSL. Au passage c'est aussi le choix de faire l'impasse sur le VDSL2, et la fin programmée du cuivre. "Nous arrivons au bout des capacités de la paire de cuivre", explique Didier Lombard. "Il ne serait pas raisonnable d'engager des investissements sur une technologie, le VDSL 2, dont je sais qu'elle ne va durer que deux ou trois ans". Mais pas de précipitation pour autant, "si les usages se développent significativement, à terme nous irons vers un réseau qui couvre l'ensemble du territoire", a déclaré Didier Lombard, sans pour autant s'engager sur un calendrier précis, "notre plan de déploiement sera maîtrisé et progressif, mais quand le moment sera venu pour le marché, peut être dans cinq, voire dix ans, nous serons prêts."

Cette prudence de France Télécom s'explique notamment par l'incertitude qui pèse sur la réglementation. A l'heure actuelle, les réseaux de fibre optique n'entrent pas dans le champs de régulation défini par la Commission européenne. Mais "Bruxelles finira pas se pencher sur le sujet, confie le PDG de France Télécom. Nous n'avons aucune exigence précise à ce sujet, à condition que la future régulation garantisse des conditions économiques raisonnables pour tous les acteurs."

On notera enfin la proximité, dans le temps et dans l'espace, de cette annonce avec celles de Bertrand Delanoé pour la Mairie de Paris, et de Nicolas Sarkozy pour le département des Hauts de Seine.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi