Des applications dotées d’équivalents gratuits et sans grand intérêt viennent collecter tous les mois d’importantes sommes d’argent chez leurs utilisateurs. © Gerd Altmann, Pixabay
Tech

Attention à ces applications qui cachent de fausses versions d'essai

ActualitéClassé sous :smartphone , applications , arnaque

Fleeceware, c'est le nom des applications sans grand intérêt qui deviennent payantes au bout d'une période d'essai. Dénuées de code malveillant, elles passent sans encombre la barrière de sécurité des boutiques d'applications chez Google et Apple. Elles viennent souvent soutirer autour de 30 euros tous les mois à leurs utilisateurs.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Nos smartphones tuent-ils les insectes ?  Les insectes sont gravement menacés par les pesticides, l’urbanisation et l’agriculture intensive. Mais les ondes des téléphones portables pourraient aussi leur être nuisibles. 

Des applications de retouche photo à base de filtres, des horoscopes, des services de voyance ou de chiromancie..., ces applications qui ne disposent pas de fonctionnalités extraordinaires et qui sont disponibles ailleurs gratuitement ont toutes un point commun : ce sont des Fleecewares. Des applications gratuites pendant 3 à 7 jours, qui deviennent payantes si l'on souhaite les utiliser plus longtemps. Elles sont excessivement onéreuses car, malgré leur futilité, elles parviennent à soutirer généralement 30 euros par mois à l'utilisateur. Le hic, c'est que ces applications sont téléchargeables à partir des boutiques d'applis chez Google et Apple. 

C'est une plaie, puisque ces applications ne disposent pas de code malveillant et passent donc outre les mesures de sécurité des hébergeurs. Par exemple, de son côté, Apple affirme qu'il examine plus de 100.000 applications et mises à jour d'applications chaque semaine. Quelque 60 % franchissent cette étape et parmi elles, ces Fleecewares parviennent toujours à prospérer sur l'App Store. Des applications qui, en plus de générer des revenus importants pour leurs auteurs, permettent également à Apple de collecter une commission sur chaque vente (entre 15 et 30 %), ce qui en fait de facto un bénéficiaire de ces arnaques.

Apple aussi bénéficiaire de l'arnaque

En tout, selon les estimations, ces développeurs peu scrupuleux auraient récolté 400 millions de dollars auprès d'utilisateurs s'étant fait berner. La raison pour laquelle ce système fonctionne si bien est que les gens oublient généralement d'annuler ces abonnements ou supposent simplement que la désinstallation des applications en question met automatiquement fin aux abonnements correspondants. À titre d'exemple, durant le mois de juin, 7,2 millions de personnes ont téléchargé des Fleecewares. Les auteurs de ces applis ont pu ainsi toucher plus de 8 millions de dollars en quelques semaines seulement.

Mais on peut se demander si les hébergeurs fournissent vraiment des efforts. Car, toujours sur le PlayStore, selon un rapport de VPNCheck, 84 applications iOS frauduleuses prospèrent encore un an après avoir été découvertes par la société de sécurité Avast. Ces 84 applis génèrent plus de 100 millions de dollars de revenus chaque année selon les chiffres de SensorTower fournis à Avast. Sur l'App Store, en ce moment, les Fleecewares concernent essentiellement des applications de jeux pour enfants, ou bien des services liés aux cryptomonnaies.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !