Mais où est passé l’horoscope du serpentaire ? © Rawpixel.com, Shutterstock

Santé

Non, un treizième signe astrologique n’a pas été inventé par la Nasa

ActualitéClassé sous :horoscope , astrologie , Zodiaque

-

Panique dans la presse féminine anglo-saxonne : la Nasa annonce l'existence d'une treizième constellation, le serpentaire, et tous les signes du zodiaque sont décalés ! Une information qui n'a pourtant rien de nouveau et donne l'occasion de rappeler - si besoin est - qu'astrologie et astronomie ne font pas bon ménage.

Tout est parti d'un site pédagogique de la Nasa expliquant ce que sont les constellations du point de vue astronomique. Mais, faisant l'amalgame entre astrologie et astronomie, des magazines féminins se sont emparés de l'information en suggérant que la Nasa avait changé les signes. Pourtant, pour les astronomes, il n'y a vraiment rien de neuf sous le Soleil.

Ce sont les babyloniens qui sont à l'origine du découpage du zodiaque il y a environ 3.000 ans. Chaque matin, le Soleil se lève dans une constellation située dans le plan de l'écliptique. Les babyloniens ont choisi de diviser le zodiaque en douze parties égales (comme le nombre des mois), même si les constellations n'ont pas toutes la même taille. Ainsi, le Soleil reste plus longtemps dans la constellation de la vierge (45 jours) que dans celle du scorpion (7 jours). Il reste aussi 18 jours dans la constellation du serpentaire qui n'a pas été retenue par les babyloniens.

En plus de cela, les dates auxquelles le Soleil passe dans les constellations ont bougé par rapport à l'Antiquité. On pourrait dire en simplifiant que « tous les signes du zodiaque sont décalés d'un mois ». Par exemple, une personne dont l'anniversaire se situe le 4 août était bien née « sous le signe du lion » à l'époque des babyloniens. Mais aujourd'hui elle serait plutôt cancer.

Bref si votre horoscope du jour ne vous convient pas, prenez celui d'à côté ! Ou encore mieux : arrêtez de le lire...

Cela vous intéressera aussi

D'incroyables étoiles filantes vues depuis l'espace  Voici un point de vue inhabituel sur les étoiles filantes : admirez leur entrée dans l’atmosphère terrestre depuis l’espace, à bord de la Station spatiale internationale (ISS).