Tech

Un disque holographique à plusieurs couches chez Sony

ActualitéClassé sous :informatique , disque holographique , Sony

Sony vient de présenter un nouveau type d'enregistrement à la fois holographique et multicouche. Il devrait permettre d'atteindre 500 Go sur un disque de 12 cm d'ici 2010.

Principe d'enregistrement holographique multicouches. Crédit Sony.

Le chiffre annoncé par Sony reste moins impressionnant que l'annonce d'InPhase Technology, qui réalise déjà 300 Go sur un support et promet 1,7 To en 2010. Alors, quelle nouveauté dissimule cette annonce ?

Jusqu'à présent, les disques optiques de grande capacité se partageaient entre deux grandes technologies : des DVD multicouches et dérivés (HD-DVD, Blu-Ray) et les disques holographiques qui ne comportent qu'une seule couche dans l'épaisseur de laquelle sont enregistrées des franges d'interférences provenant de deux sources laser.

C'est une nouvelle voie qu'explore Sony. Le support présenté à l'ISOM 2007 comporte une seule couche de 0,3 millimètre d'épaisseur coulée entre deux substrats de verre de 0,6 mm chacun. A la gravure, la zone photosensible est éclairée par deux faisceaux laser de part et d'autre du disque, qui se réunissent dans la couche d'enregistrement et y forment des franges d'interférences. Chaque motif ainsi créé représente un bit. A la lecture, un seul faisceau laser éclaire le support et reconstitue les données. Jusque-là, rien de bien nouveau.

Simplification du multicouche

Dans le procédé mis au point par Sony, les informations transmises au laser enregistrent les franges non plus dans toute l'épaisseur du support, mais à une profondeur déterminée. Du coup, il est possible d'étaler plusieurs niveaux d'enregistrement au sein d'un même substrat, ce qui simplifie considérablement la fabrication des médias par rapport aux disques multicouches. Cette nouvelle technologie est dite à micro-réflecteurs.

Sur le prototype présenté par Sony, la densité par couche équivaut à 1,2 Go pour un disque de 12 cm. Pour l'expérience, un disque de 8 cm a été utilisé, et les franges d'interférences ont été enregistrées sur des pistes concentriques de 200 µm d'épaisseur. L'enregistrement a été effectué à une vitesse de rotation de 1050 t/mn sous une fréquence de 1,388 MHz. A la lecture, la vitesse est de 70 t/min.

La technique est en cours d'amélioration, et d'autres essais ont été réalisés, atteignant 3 Go par couche (sur un disque de référence de 12 cm). Des résultats expérimentaux ont été aussi annoncés sur un disque à 10 couches, et Sony vise à atteindre 500 Go (25 Go x 20 couches) d'ici 2010.

Des promesses d'avenir

Le procédé semble prometteur, car il permet de franchir simplement la barre fatidique des quatre couches d'enregistrement des DVD traditionnels (deux par face), en s'affranchissant de la complexité de fabrication des médias vierges multicouches, qui se voit déplacée au niveau des têtes d'enregistrement. Reste à démocratiser le coût de la technique holographique proprement dite. Rappelons que le prix du graveur Tapestry HDS-300R est actuellement de 18.000 dollars, le disque vierge s'affichant à 180 dollars l'unité. A ce prix-là, il vaut mieux ne pas rater un enregistrement...

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités chaque jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi