Le réservoir d’hydrogène liquide est placé sur l’aile de l’avion expérimental. © ZeroAvia

Tech

ZeroAvia mise sur la pile à combustible pour l'avenir de l'aviation

ActualitéClassé sous :avion électrique , moteur à hydrogène , Pile à combustibles

Et si l'avenir de l'aviation régionale était la propulsion par hydrogène ? L'avionneur ZeroAvia y croit et estime que des avions commerciaux à pile à combustible pourraient sillonner le ciel d'ici deux à trois ans.

Pour se montrer un peu plus vertueuse en matière d'écologie et surtout pour des raisons économiques, l'aviation commerciale cherche toujours à réduire ses émissions de gaz à effet de serre. Outre les moteurs électriques, tel l'étonnant turboréacteur à plasma mis au point par des scientifiques chinois, de nombreuses expérimentations ont lieu autour des motorisations hybrides, les biocarburants et les profils d'ailes optimisés. Et si la solution était la pile à combustible ? C'est le pari de l'avionneur californien ZeroAvia. Depuis 2017, l'entreprise cherche à développer un moteur animé par une pile à combustible à hydrogène pour l'aviation.

ZeroAvia mène déjà depuis un an des essais en vol en ayant équipé deux monomoteurs Piper PA46 d'un moteur électrique de 260 kilowatts. Sur l'un des deux appareils, l'énergie est fournie par l’hydrogène stocké dans des réservoirs placés au-dessus de l'aile. Au final, la seule émission produite par ce système est de la vapeur d'eau. Pour Val Miftakhov, le patron de ZeroAvia, l'hydrogène sous forme de liquide dispose d'une "densité énergétique 12 à 15 fois supérieure" par rapport à une batterie de même poids.

Un stockage d’hydrogène plus simple que pour l’automobile

La firme est très optimiste sur la problématique du stockage de l'hydrogène qui est pourtant un frein au développement de cette technologie pour le secteur routier. ZeroAvia considère que les réserves d'hydrogène seront bien plus simples à stocker dans les aéroports. Il n'y aurait pas ou peu de modifications à réaliser sur les aéronefs existants et les sites aéroportuaires. Pour Val Miftakhov, c'est dès maintenant qu'il faudrait réaliser cette migration. Et selon lui, d'ici deux à trois ans les avions commerciaux assurant les lignes régionales d'environ 800 km pourraient être équipés de cette motorisation.

Ce n'est pas la première fois que des avions dotés de moteurs à pile à combustible prennent leur envol. Déjà, en 2016 l'avion électrique HY4, mis au point par des chercheurs allemands pouvait parcourir 750 km. En 2018, HES Energy Systems développait de son côté, un avion électrique à hydrogène destiné à desservir des lignes inter-régionales.

Cela vous intéressera aussi
Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !