Le traducteur assermenté exerce souvent à son compte et appose son cachet sur les traductions réalisées. © sodawhiskey, Adobe Stock.
Tech

Traducteur assermenté

MétierClassé sous :Traducteur , traduction , traduction linguistique

Reconnu comme expert judiciaire, le traducteur assermenté est le seul autorisé à traduire des documents administratifs, sur lesquels il apposera son cachet.  Passionné par les langues étrangères et la traduction ? Découvre vite ce métier peu connu mais très précieux.

Le traducteur assermenté est un traducteur classique nommé par une Cour d’Appel pour traduire des documents administratifs. Il est amené à traduire toute sorte de documents, qu’il s’agisse d’acte de naissance, de permis de conduire, de diplômes, d’acte de mariage, de documents comptable, de contrats, de sous-seing privés… Seul habilité à réaliser ces traductions, il est titulaire d’un agrément judiciaire et son travail à une valeur légale. Maîtrisant aussi bien le droit que les langues étrangères, le traducteur assermenté doit être en capacité de traduire des documents dans le respect du fond et de la forme.

Les principales compétences et qualités à avoir

Voici les principales compétences et qualités à avoir pour devenir traducteur assermenté :

  • Avoir de grandes connaissances linguistiques ;
  • maîtriser la compréhension de texte ;
  • avoir une grande capacité d’analyse ;
  • avoir le soucis du détail ;
  • être disponible.
En fonction des langues étrangères que vous parlez, vous pourrez devenir traducteur assermenté plus ou moins rapidement, selon les besoins et la concurrence. © Feodora

Les conditions de travail 

Le traducteur assermenté exerce essentiellement comme freelance. Il travaille à la mission, que ce soit pour le grand public ou à la demande de l’administration. Il est en premier lieu à la disposition de la police, de la justice, des douanes ou encore de la gendarmerie mais peut aussi travailler pour le compte de clients privés. Il peut avoir des horaires contraignants selon qui fait appel à ses services.

Comment devenir expert traducteur-interprète?

Pour devenir traducteur assermenté, il faut d’abord être nommé par une Cour d’Appel. Le niveau d’études peut être assez aléatoire mais il faut avoir un casier judiciaire vierge. La maîtrise d’au moins une langue étrangère est évidemment demandée. Un niveau bac + 5 en langues est donc souvent demandé. La Cour d’Appel nomme ses traducteurs experts en fonction de ses besoins. D’une région à une autre les besoins peuvent donc être très différents et il peut y avoir beaucoup de concurrence si vous parlez une langue étrangère répandue comme l’anglais. L’expérience professionnelle peut également être prise en compte dans votre future nomination. Pour pouvoir apparaître sur les listes de la Cour d’Appel, il faut au préalable déposer sa candidature auprès du Tribunal de Grande Instance. La Cour d’Appel dont dépend le TGI vous adressera une lettre pour vous indiquer si vous êtes admis ou non. Vous pourrez être convoqué dans un commissariat de police pour une enquête sur vous.

Le salaire d’un traducteur assermenté

D’un traducteur à un autre, les salaires peuvent être très disparates. Cela va dépendre de votre région et des besoins en traduction de celles-ci.

Les perspectives d’évolution d’un traducteur assermenté

Il n’y a pas vraiment d’évolution possible en tant que telle. Une fois qu’un traducteur est assermenté, il est pour une période cinq ans. Il peut s’inscrire sur une liste nationale, à condition d’être inscrite sur la liste d’une Cour d’Appel depuis au moins trois ans. S’il est diplômé dans la traduction, il peut chercher un poste de chef de projet dans un bureau de traduction ou bien viser le métier de terminologue. Il peut également exercer comme interprète, c’est-à-dire faire des traductions à l’oral et non plus uniquement à l’écrit.

Entreprises qui emploient des traducteurs assermentés

Les traducteurs assermentés exercent à la mission, en tant que freelance. Ils peuvent être appelés par des Cours d’Appel, des services de polices, les douanes mais aussi par des clients privés.

Maman, mon travaille consiste à traduire en français des textes administratifs ou juridiques qui sont sous formes d’écrits. Cela peut-être des actes de naissance, des actes de mariage, des diplômes universitaires… Pour pouvoir faire ce travail, je dois être nommé par une Cour d’Appel qui aura validé mon dossier de candidature. Pour certifier ma traduction, je dois signer le texte original et le texte traduit, apposer mon cachet ainsi qu’un numéro d’ordre unique afin de valider officiellement ma traduction.