Santé

Clonage : enquête judiciaire en Corée du Sud

ActualitéClassé sous :médecine , clonage

-

La Corée du Sud vient d'ouvrir une affaire judiciaire à la suite d'une plainte contre une femme coréenne enceinte d'un embryon cloné.

La plainte a été déposée il y quelques jours contre la société coréenne Clonaid qui émerge d'un mouvement religieux basé aux Etats-Unis : le mouvement de Raël. Pour les membres de ce mouvement les humains apparurent sur terre grâce à des extraterrestres qui utilisèrent les technologies du clonage...

"Cette femme est enceinte d'un embryon cloné qui lui a été implanté il y a environ 2 mois" affirme Kwak Gi-Hwa, porte-parole de Clonaid. "L'opération a été menée en dehors de la Corée et pour cette raison, le gouvernement n'a aucun droit pour se mêler de cette affaire".

Une affaire d'état

Le clonage humain n'est pas actuellement illégal aux yeux de la législation coréenne, mais celle-ci est en train de subir d'importantes réformes pour interdire ces pratiques.

Dernièrement, le ministre de la santé et des sciences, accepta une proposition de loi dont le but est d'interdire le clonage humain et la vente d'ovules et de spermatozoïdes, mais qui permettra aux chercheurs d'utiliser des cellules souches et des embryons congelés pour des traitements contre l'infertilité. Les discussion à l'assemblée nationale coréenne au sujet de ces problèmes de bioéthique devraient avoir lieu très bientôt.

Une plainte à l'échelle mondiale

Les scientifiques et politiciens du monde entier sont d'accord, pour des questions d'éthique et de sécurité, pour lutter contre le clonage reproductif humain. En Avril, Futura-Sciences vous fit part de l'annonce du docteur Italien Severino Antino selon lequel une femme était enceinte d'un embryon cloné de 8 semaines - bien que la confirmation se fait toujours attendre ...

A cette époque, Richard Gardner, un expert au sujet du développement des embryons de l'université d'Oxford, affirmait qu'une telle grossesse était "irresponsable à notre niveau actuel de connaissance, même en occultant les questions d'éthique". Garder précisa qu'il n'y avait aucune manière d'analyser l'embryon pour détecter des mutations génétiques qui pourraient conduire à des malformations et des cancers.

Panos Zavos, un ancien collègue d'Antinori, a également annoncé que cinq projets de clonage humain sont en train de voir le jour, précisant à un congrès en mai, qu'il y a "toutes les preuves pour que 2002 soit l'année des clones..." !

Un jeu de devinette

Ces projets pourraient être développés secrètement à Chypre, en Russie, en Chine et dans des pays du Moyen-Orient. Le protocole du Conseil de l'Europe au sujet d'une interdiction pure et simple n'avance pas et à l'heure actuelle seulement 7 pays ont ratifié ce traité. Et la seule résolution mondiale adoptée par l'UNESCO et l'OMS (organisation mondiale de la santé) manque d'un certain appui dans les différentes pays par une législation plus stricte...

En savoir plus

  • Introduction sur le clonage humain : Définition du clonage et réflexion éthique sur le clonage humain : pour et contre, diverses opinions sur la scène mondiale, législation en vigueur...
Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi