Frégate L'Hermione en 2018, reconstruite à l'identique par l'association Hermione-La Fayette. La Fayette s'est rendu à Boston en 1780 à bord de ce navire. © blog de l'association

Sciences

Pourquoi la France a-t-elle participé à la guerre d'indépendance américaine ?

Question/RéponseClassé sous :Époque moderne , histoire de l'Homme , La Fayette

La décision d'aider les insurgés américains des treize colonies est un acte décisif dans la politique étrangère menée par Louis XVI puisqu'elle aboutit à la création et la reconnaissance des États-Unis. En déclarant la guerre à l'Angleterre, la France espère certainement récupérer le Canada et la Louisiane qu'elle a perdus en 1763, à l'issue du précédent conflit.

La Révolution américaine est le produit d'une évolution politique jumelée à un essor économique très important : l'économie de l'Amérique anglaise repose sur la production agricole des cinq colonies du Sud et le dynamisme commercial des huit colonies du Nord qui fournissent le tiers des navires de la marine marchande britannique. Contraintes de commercer exclusivement avec l'Angleterre, les colonies américaines pratiquent en fait une importante contrebande avec les Antilles françaises et l'Amérique espagnole. L'essor démographique est très important, lié à l'émigration européenne et au système esclavagiste (deux millions d'habitants vers 1770 dont un quart d'esclaves noirs). La rupture avec la Couronne britannique s'explique par la demande croissante de terres de la part des colons et l'alourdissement des prélèvements fiscaux depuis la guerre de Sept Ans (1756-1763), très coûteuse pour l'Angleterre. Le 4 juillet 1776, les représentants du Congrès américain votent la Déclaration d'Indépendance des États-Unis d'Amérique : les députés des treize colonies créent ainsi un nouveau régime politique.

Déclaration d’indépendance américaine ; commission des Cinq déposant le texte de la Déclaration devant le Congrès, juillet 1776. Tableau peint par John Trumbull en 1819. © Capitole des États-Unis, domaine public

Le premier traité d’alliance franco-américain

Le Congrès constitue une armée de volontaires (15.000 hommes sous le commandement de George Washington) mais il pressent qu'elle ne tiendra pas longtemps face à l'excellente armée de métier britannique. Le 6 février 1778, Louis XVI et Vergennes (ministre des Affaires étrangères) signent avec Benjamin Franklin nommé ambassadeur en France, un traité d'alliance avec les « Provinces unies de l'Amérique ». Benjamin Franklin convainc Vergennes de renforcer le soutien en armement et en mercenaires, puis en 1780, de donner un véritable appui financier, maritime et terrestre à l'armée américaine, qui va permettre la victoire définitive de l'alliance franco-américaine. C'est là qu'intervient La Fayette, major général dans l'armée des insurgés américains et proche collaborateur de leur commandant George Washington.

Tableau représentant Washington et La Fayette à Mount Vernon en 1784, peint par Rossiter et Mignot en 1859. © Metropolitan Museum of Art, New York, domaine public

Au printemps 1779, La Fayette est venu en France pour plaider la cause de l'insurrection : Louis XVI envoie un corps de 6.000 hommes outre-Atlantique sous le commandement du général de Rochambeau. En mars 1780, La Fayette devance le corps expéditionnaire et embarque à Rochefort sur la frégate L'Hermione. Commandant des troupes de Virginie, il harcèle l'armée anglaise de Lord Cornwallis, bientôt bloquée dans la baie de la Chesapeake par la flotte française et les troupes de Washington et Rochambeau. Les alliés franco-américains remportent la victoire décisive de Yorktown le 17 octobre 1781.

Bataille de Yorktown en octobre 1781, reddition de l’armée anglaise commandée par Cornwallis. Gravure d’époque, auteur inconnu. © Wikimedia Commons, domaine public

Le bilan de la guerre d’Amérique

En septembre 1783 est signé le traité de Versailles entre la France et l'Angleterre. L'opinion publique française s'est enthousiasmée pour ce conflit qui symbolise la lutte pour la liberté et l'indépendance, selon l'esprit des Lumières. Mais il s'agit surtout d'une occasion de revanche contre l'Angleterre victorieuse à l'issue de la guerre de Sept Ans en 1763. Les États-Unis se voient reconnaître leur souveraineté : c'est la première fois qu'une puissance coloniale admet la perte d'une de ses colonies au profit exclusif des colons. La France ne récupère ni le Canada ni la Louisiane mais bien Terre-Neuve, le Sénégal et le port de Dunkerque anglais depuis le traité d'Utrecht de 1713. L'Espagne, alliée de la France pendant le conflit, reprend la Floride aux Anglais.

Malheureusement le prix de la victoire est particulièrement élevé : avec plus d'un milliard de livres de dépenses liées au conflit américain entre 1778 et 1783, la dette s'alourdit considérablement pour la monarchie française et laisse entrevoir les difficultés économiques qui vont précéder la Révolution.

À noter

En hommage à La Fayette, l'Association Hermione-La Fayette s'est lancée en 1997 dans la reconstruction à l'identique de la frégate L'Hermione. Cette véritable prouesse technique (le chantier a duré dix-sept ans), a permis au navire français de refaire le voyage de La Fayette jusqu'à Boston en juillet 2015.

Abonnez-vous à la lettre d'information La question de la semaine : notre réponse à une question que vous vous posez, forcément.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi