Un ovni, ce n’est pas forcément le signe d’une visite extra-terrestre. Il y a de nombreuses autres façons de l’expliquer. © IgorZh, Adobe Stock
Sciences

J’ai vu un objet volant non identifié : que faire ?

Question/RéponseClassé sous :civilisations extraterrestres , OVNI , Geipan
 

Les années passent et une chose reste : à travers le monde, les gens observent des ovnis. Le signe de visites de civilisations extra-terrestres ? Pas nécessairement. Mais si cela vous est déjà arrivé, vous pouvez le signaler. Des experts vous apporteront une réponse.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Quel est cet ovni filmé depuis l'ISS ?  Régulièrement, les caméras de la Station spatiale internationale (ISS) filment des objets volants non identifiés, alias ovnis. Satellites, débris ou étages de lanceurs, quand ce ne sont pas de simples reflets dans les vitres : ces images font le bonheur des ufologues. Ici, on voit un objet allant dans le même sens que l’ISS, un peu plus bas et (logiquement) un peu plus rapide. Rêvons un peu. 

Il arrive régulièrement que l'observation d'un objet volant non identifié (ovni) soit rapportée par des personnes tout à fait censées et lucides. Et les personnes en question en restent parfois marquées à jamais. La presse s'en fait généralement l'écho. Notamment lorsque l'observation est le fait d'un groupe de personnes, plus ou moins indépendantes et géographiquement séparées. Et sachez que si vous aussi, vous avez vu un ovni, vous pouvez être entendu.

D'abord, notez tout de même que les ovnis, officiellement, ça n'existe plus. Oubliez les objets volants non identifiés. Veuillez désormais parler de préférence de phénomène aérospatial non identifié (Pan). Peut-être, parce que le terme est moins connoté « extra-terrestres ». Mais aussi parce qu'il est moins réducteur. Beaucoup de signalements se rapportent en effet à des phénomènes naturels -- la foudre, par exemple -- qui ne sont pas des « objets ».

Si vous avez observé un pan, vous pouvez vous tourner vers la gendarmerie de votre secteur. Elle est habilitée à recueillir votre témoignage. Elle rédige alors un procès-verbal administratif qui enregistre la date et le lieu d'observation. Mais aussi tout ce qui peut être utile à percer le mystère : la forme de l'objet, ses dimensions, d'éventuels sons qu'il aurait pu émettre, etc. Des informations que les gendarmes transmettent ensuite à une cellule spécialisée du Centre national d'études spatiales (Cnes).

Avec la multiplication des drones, les signalements d’ovni augmentent. © Naypong Studio, Adobe Stock

Des explications terre à terre dans la plupart des cas

Le Groupe d'études et d'informations sur les phénomènes aérospatiaux non identifiés (Geipan) a été créé dès 1977. Et il est aussi possible de s'adresser directement à lui, par l'intermédiaire d'un formulaire à remplir en ligne.

Plus votre description sera précise, plus l'enquête du Geipan pourra être menée de manière poussée. Scientifiques et détectives privés en renfort. Car le Groupe affirme que tous les signalements sont pris très au sérieux. Et qu'en cas de doute, mieux vaut en parler afin de pouvoir s'appuyer sur des experts de la question pour les lever.

Ceci étant dit, la plupart du temps, les explications fournies par le Geipan aux observateurs de Pan manquent d'exotisme. Des lanternes lâchées à l'occasion d'un mariage. Un petit avion à l'atterrissage, feux temporairement éteints. Un vol de montgolfière. Un lancement de satellites. Seuls 3,5 % des signalements resteraient aujourd'hui encore sans explication. Sans pour autant vouloir dire qu'ils se cachent derrière, des visites extra-terrestres. Certains restent simplement non identifiés faute de renseignements suffisamment précis ou de moyens techniques. Mais tout comme certains cas anciens trouvent aujourd'hui solution, peut-être que ceux-ci seront résolus à l'avenir avec l'aide d'évolutions technologiques.

Abonnez-vous à la lettre d'information La question de la semaine : notre réponse à une question que vous vous posez, forcément. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !