Découverte d’une exoplanète « interdite »

Classé sous :Astronomie , exoplanète , mini-Neptune

Une mini-Neptune appelée NGTS-4b a été découverte dans une zone jugée insoutenable pour les exoplanètes de ce type, autour d'une étoile à 920 années-lumière de nous. Surnommée la « planète interdite » par les astronomes qui l'ont dénichée, NGTS-4b a un rayon 20 % inférieur à celui de Neptune, mais elle est très dense, avec une masse égale à 20 fois celle de la Terre. Elle se trouve sur une orbite rapprochée de son étoile, qu'elle complète en seulement 1,3 jour, et sa température de surface atteint 1.000 °C, deux fois plus que Vénus, la planète la plus chaude du Système solaire. Pourtant, elle s'enveloppe encore d'une atmosphère.

L'exoplanète NGTS-4b a été débusquée par l'observatoire Next-Generation Transit Survey, qui comprend une douzaine de petits télescopes installés sur le site de l'observatoire du Cerro Paranal dans le désert d'Atacama, au Chili. © University of Warwick

NGTS-4b est la première mini-Neptune repérée dans le « désert neptunien », une région située sous le feu du rayonnement stellaire intense censé dénuder les planètes de leur atmosphère. En passant devant son étoile (transit), cette planète a provoqué une baisse de luminosité très faible, d'à peine 0,2 %, que l'observatoire Next-Generation Transit Survey (NGTS) situé au Chili a malgré tout pu observer, alors que les télescopes terrestres ont coutume d'enregistrer des baisses d'au moins 1 %. Selon les astronomes, cette planète aurait migré dans cette zone inhospitalière récemment, au cours du dernier million d'années, ou alors sa taille était considérablement plus grosse qu'actuellement et son atmosphère ne s'est pas encore totalement évaporée. La découverte est décrite dans le journal Monthly Notices of the Royal Astronomical Society.

NGTS-4b est une planète de taille comparable à Neptune dotée de sa propre atmosphère, mais située dans le « désert neptunien » de son étoile, une zone où des exoplanètes de ce type ne devraient pas pouvoir survivre. © University of Warwick/Mark Garlick