Selon le moment de la thèse, la pandémie de coronavirus a eu un impact plus ou moins délétère. © ASDF, Adobe Stock
Sciences

Futura emploi : finir sa thèse en pleine pandémie de la Covid-19, un mauvais timing ?

ActualitéClassé sous :recherche , thésards , Coronavirus

Le confinement a mis à mal la recherche française, dont de nombreux thésards qui se sont soudainement retrouvés dans l'impossibilité de continuer leurs expériences, voire de soutenir leur thèse. Une situation qu'a vécue Charlène Iltis.

« Je devais soutenir ma thèse le 19 mars. Trois jours avant, on m'a annoncé que c'était annulé. J'ai ensuite attendu un mois et demi pour savoir quelles démarches effectuer pour soutenir ma thèse en visioconférence. On n'a reçu aucune indication ! »

Charlène Iltis, désormais chercheuse postdoctorale, déplore le manque d'adaptation de l'administration française face au confinement. Sa thèse, effectuée grâce à un contrat prenant fin le 31 mai, portait sur le rôle de l'immunosurveillance des cellules sénescentes dans le cancer et le vieillissement. C'est-à-dire sur la façon dont ces cellules sont surveillées par l'organisme, puis éliminées ou non par le système immunitaire, avant qu'elles ne puissent provoquer des fibroses potentiellement tumorales.

Les cellules sénescentes joueraient un rôle dans l'apparition de fibroses. © Vectorfusionart, Adobe Stock

Des bâtons dans les roues… ou des roues carrées ?

« Pendant le confinement, j'ai passé un entretien d'embauche pour un laboratoire au Canada. Mais ils avaient besoin d'une date de thèse, et je ne l'avais pas, explique Charlène Iltis. Donc je n'ai pas pu avoir cet emploi. »

Une situation épineuse qui, lui semble-t-elle, n'a pas été similaire dans d'autres pays européens. « En Espagne, en Italie, en Allemagne... les étudiants qui terminaient leur thèse durant le confinement n'ont pas pu soutenir en présentiel. Mais ils ont pu passer leur thèse le même jour par visioconférence. »

L'adaptation bien plus lente de la France est, selon elle, due à plusieurs facteurs. D'un côté, la peur que les étudiants trichent. De l'autre... « La paperasse ».

Dans la recherche française, les thèses pourraient souffrir d'une administration trop rigide. © StockPhotoPro, Adobe Stock

Soupir de soulagement

Pour Charlène Iltis, ces événements n'auront été qu'un contretemps. Après avoir soutenu sa thèse le 25 mai par visioconférence, elle a pu décrocher un « post-doc » en Californie. Ce fameux poste incontournable de chercheur postdoctoral, en CDD.

« Je ne pensais pas pouvoir trouver un emploi aussi rapidement » confie-t-elle, soulagée. Avec néanmoins un petit bémol. « Normalement, on visite le laboratoire où l'on fera notre post-doc, afin d'évaluer notre futur environnement de travail. Ce qui n'a pas pu être mon cas. »

Elle attribue cet heureux dénouement au timing. « J'étais à la fin de ma thèse, l'impact a été moins fort » que sur les thésards en début ou en milieu de thèse. « Ils ont été coupés dans leurs expériences », constate Charlène Iltis. Or, « on ne peut pas tout relancer du jour au lendemain », dit-elle, comme nous l’expliquait Maude le mois dernier.

Cela vous intéressera aussi
Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour. Toutes nos lettres d’information

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !