Sciences

Avancées de la recherche sur la différenciation des cellules souches

ActualitéClassé sous :recherche , cellule souche embryonnaire , souris

Des chercheurs de l'université d'Edimbourg ont découvert une protéine clé pour la différenciation de cellules souches en cellules spécialisées. La protéine, appelée "Mbd3", s'avère être essentielle pour le processus de différenciation.

Les cellules souches ont deux propriétés spécifiques : elles sont capables de se diviser pratiquement à l'infini, et elles peuvent se différencier en des cellules spécialisées, telles que les cellules de la peau, du cerveau ou du foie.

L'équipe, dirigée par Brian Hendrich, a réalisé l'étude sur des cellules de souris. Après avoir produit des cellules souches de souris ne contenant pas la protéine Mbd3, les chercheurs ont constaté que ces cellules restaient à l'état de cellules souches et refusaient de se comporter comme elles l'auraient dû, c'est-à-dire en se différenciant en cellules spécialisées lorsqu'elles sont manipulées.

"Il est clairement établi que les cellules souches embryonnaires ont besoin de certains facteurs pour pouvoir faire durablement des copies d'elles-mêmes, c'est-à-dire pour se renouveler", a déclaré M. Hendrich. "Nous venons de démontrer, pour la première fois, que pour quitter cet état et entamer le processus de différenciation, les cellules ont besoin de l'activité de la protéine Mbd3 ; il n'y a pas que les facteurs d'auto-renouvellement qui entrent en jeu. En l'absence de Mbd3, les cellules restent à l'état de cellules souches embryonnaires".

Cette découverte a également apporté certains éclaircissements sur les différences entre cellules souches de souris et cellules souches humaines. Une autre protéine, la LIF, est essentielle pour la multiplication des cellules souches de souris. À l'inverse, les cellules souches humaines n'ont pas besoin de cette protéine LIF. Cependant, au cours de ses recherches, l'équipe a découvert que les cellules de souris ne contenant pas la protéine Mbd3 étaient également capables de se multiplier sans LIF, à l'instar des cellules humaines.

Cette découverte ouvre une fenêtre sur le comportement des cellules souches humaines et animales, et de nouvelles études permettront peut-être de montrer comment les cellules humaines se multiplient sans la protéine LIF.

Abonnez-vous à la lettre d'information La quotidienne : nos dernières actualités du jour.

!

Merci pour votre inscription.
Heureux de vous compter parmi nos lecteurs !

Cela vous intéressera aussi