Grâce à des télescopes de plus en plus performants, on parvient aujourd’hui à détecter des galaxies primitives jusqu’ici peu visibles car cachées derrière un épais rideau de poussière cosmique. Des scientifiques estiment que 10 % à 20 % des galaxies seraient ainsi masquées. Leur étude pourrait permettre de mieux comprendre la formation de l’Univers.

Cela vous intéressera aussi

[EN VIDÉO] Trous noirs, galaxies, nébuleuses : à quoi ressemblerait le ciel si ces objets étaient tout proches ? Une vidéo publiée par Roscosmos nous invite à découvrir une toute nouvelle sorte de ciel nocturne. Plutôt que de nous emmener aux confins de l'Univers, l'agence spatiale russe amène les trésors du cosmos à nous, pour un spectacle éblouissant.

À 29 milliards d'années-lumièreannées-lumière de la Terre, deux nouvelles galaxiesgalaxies viennent d'être découvertes par des chercheurs de l'université de Copenhague au Danemark. Cachées derrière une épaisse couche de poussière cosmique, elles étaient jusqu'ici passées totalement inaperçues du télescope Hubble. Mais grâce aux télescopes géantstélescopes géants comme celui d'Alma au Chili, ce type de galaxie plus froide et plus sombre est désormais visible. « Nous regardions un échantillon de galaxies très éloignées, dont nous savions déjà qu'elles existaient à partir des images de HubbleHubble. Et puis nous avons remarqué que deux d'entre elles avaient des voisines que nous ne nous attendions pas du tout à trouver là. Comme ces galaxies sont entourées de poussière, une partie de leur lumière est bloquée, ce qui les rend invisibles pour Hubble », explique Pascal Oesch, du Cosmic Dawn Center de l'Institut Niels-Bohr et coauteur de l’étude relatant cette découverte.

Le saviez-vous ?

Les deux nouvelles galaxies, nommées REBELS-12-2 et REBELS-29-2, ont été détectées à 13 milliards d'années-lumière de la Terre. Mais en raison de l’expansion de l’Univers, elles se situent aujourd’hui à 29 milliards d’années-lumière environ.

Vue d'artiste du télescope James-Webb, dont les capacités devraient révolutionner l'observation de l'espace et permettre de découvrir des galaxies cachées. © ESA, Nasa, S. Beckwith
Vue d'artiste du télescope James-Webb, dont les capacités devraient révolutionner l'observation de l'espace et permettre de découvrir des galaxies cachées. © ESA, Nasa, S. Beckwith

Découvrir des galaxies cachées

En comparant ces nouvelles galaxies avec celles connues dans l'universunivers précoce, c'est-à-dire celles âgées de plus de 13 milliards d'années, les chercheurs ont estimé que 10 % à 20 % seraient cachées dans des rideaux de poussière cosmique et donc encore inconnues.

Il y a certainement beaucoup plus de galaxies primitives que ce que nous pensions

« Il y a certainement beaucoup plus de galaxies primitives que ce que nous pensions, assure Pascal Oesch. Les nouveaux instruments - comme le télescope James-Webb, beaucoup plus sensible que Hubble et capable d'étudier des longueurs d'onde plus longues - vont constituer une énorme avancée pour la découverte de ces galaxies cachées », poursuit le chercheur. Le James Webb Space Telescope ou JSWT possède en effet des instruments de pointe capable d’observer les objets très lointains, qui ont basculé dans le spectre infrarougeinfrarouge. « L'étude des galaxies primitives telles que celles que nous avons découvertes va nous permettre de compléter le grand puzzle de la formation de l'Univers », certifie Pascal Oesch. Selon les estimations, il existerait entre 100 et 200 milliards de galaxies dans l'Univers.