Une fois n’est pas coutume, la sonde LRO a détourné ses yeux de son principal sujet d’investigation, la Lune, pour photographier le lever de la Terre au-dessus de l’horizon sélène. Les couleurs caractéristiques de notre biosphère tranchent avec la monotonie grise de son gros satellite naturel. C’était le 12 octobre 2015, veille de Nouvelle Lune, à 134 km au-dessus de la surface lunaire et à environ 406.000 km de notre Planète.
Cela vous intéressera aussi

Quasiment tous les jours, nous pouvons voir la Lune s'élever au-dessus de l'horizon terrestre, mais un lever de TerreTerre au-dessus de la surface de notre satellite naturel, voilà qui est beaucoup plus rare. La première fois dans l'histoire de l'humanité que semblable scène fut immortalisée ce fut par la sonde américaine Lunar Orbiter 1, le 23 août 1966 (à voir ici). Cependant, le cliché analogue qui demeure le plus célèbre est celui réalisé par les astronautesastronautes à bord de la capsule Apollo 8, au cours de leur mission de reconnaissance autour de la Lune, le 24 décembre 1968 (à voir et revoir ici).

Cette superbe photo visible ci-dessus a été prise cette année par LRO (Lunar Reconnaissance Orbiter). La sonde gravite depuis 2009 autour de cet astreastre de 4.474 km de diamètre, inséparable de notre Planète et délivre à travers ses sept instruments de nombreuses vues en haute résolutionrésolution de sa surface grêlée de cratères. On est saisi par le bleu outremer qui domine notre globe terrestre et tranche avec la monotonie de son compagnon vieux de 4,5 milliards d'années. Centrée sur l'océan Atlantique et l'Afrique, l'image n'est pas sans rappeler l'épique « Blue Marble » (bille bleue, en français) de l'astronaute à bord d'Apollo 17, Harrison Schmitt, voici 43 ans. Sur les terres émergées, l'immense désertdésert du Sahara contrastecontraste avec le bleu et le blanc caractéristiques de notre oasis planétaire.

Les caméras de LRO n'ont pas l'habitude d'autant de couleurscouleurs même si, pourtant, elle assiste à une douzaine de levers de Terre chaque jour. En effet, l'essentiel de son temps, ses yeuxyeux scrutent la surface lunaire, ne prêtant attention à l'extérieur que pour tenter de deviser l'atmosphèreatmosphère très ténue de notre satellite. Le 12 octobre, à quelques heures de la Nouvelle LuneNouvelle Lune (d'un point de vue géocentriquegéocentrique), la sonde était à quelque 134 km du sol et volait au-dessus de la région du cratère Compton, sur la face cachée de la LuneLune, juste après le limbelimbe est (vue de la Terre).